Manifestation à Montréal pour la libération des deux Canadiens détenus en Égypte

0

Une manifestation s’est tenue aujourd’hui mardi 24 septembre à Montréal pour la libération des deux Canadiens arrêtés au Caire le 16 août et détenus depuis à la prison de Tora, au Caire, là même où était incarcéré l’ex-président Moubarak jusqu’à sa libération et où sont encore détenus plusieurs chefs islamistes, dont le chef suprême des Frères musulmans, Mohamed Badie.

La famille et les supporters du cinéaste John Greyson et du médecin et travailleur humanitaire Takek Loubani, qui en sont maintenant à leur neuvième jour de grève de la faim pour protester contre leur détention, exigent que leurs appels à la libération des deux Canadiens soient appuyés par une plus grande pression diplomatique de la part d’Ottawa.

Réunissant une centaine de personnes scandant «Libérez Tarek et John» après avoir écouté les discours des orateurs, notamment le porte-parole de la famille, Justin Podur, et la soeur d’un des deux prisonniers, Cécilia Greyson, la manifestation s’est déroulée sans incident en début d’après-midi en face du consulat égyptien, au 1000 rue de la Gauchetière.

«Nous avons respecté la procédure judiciaire égyptienne de bonne foi, mais avec l’espoir que les autorités reviennent à la raison et libèrent ces deux hommes très respectés», a déclaré la soeur de John Greyson, Cécilia.

«Leur maintien en détention soulève des doutes sur la crédibilité du processus et souligne la nécessité d’une pression diplomatique sérieuse», a ajouté Mme Greyson.

Le porte-parole de la famille et des supporters, Justin Podur, que 45eNord.ca a rencontré sur place, a souligné lui aussi que tant la crédibilité du Canada que le sort de ces deux hommes dépend de la pression soutenue et qui doit aller en s’intensifiant.

«La crédibilité de la diplomatie canadienne dépend des résultats dans cette affaire. […] Nous devons être clair que rien de moins que de leur libération immédiate n’est inacceptable.», a-t-il déclaré, ajoutant «Nous devons faire en sorte que les autorités égyptiennes ne puissent ignorer les coûts de cet emprisonnement».

Outre Justin Podur et Cecilia Greyson, étaient notamment présents au rassemblement le dramaturge Michel Marc Bouchard, Manon Massé de Québec Solidaire ainsi que des collègues médecins du Dr Tarek Loubani, qui a d’ailleurs fait sa résidence à Montréal au CLSC Côte-des-Neiges et à l’Hôpital général juif.

Un passé de militantisme

Tarek Loubani, médecin-urgentologue, et John Greyson, cinéaste et professeur, ont été arrêtés par les autorités égyptiennes alors qu’ils étaient en route pour Gaza, où Tarek Loubani travaille à l’hôpital Al Shifa, et où John Greyson projetait de tourner un film sur le travail du médecin canadien.

Alors que l’Égypte traverse une période de turbulences et que des centaines de personnes ont été tuées dans de violents affrontements, les étrangers, en particulier les journalistes sont souvent pris pour cible.

Les deux Canadiens sont accusés d’émeutes et d’avoir perturber la circulation, mais beaucoup de personnes rencontrées aujourd’hui à la manifestation à Montréal partagent l’opinion que Loubani et Greyson se sont tout simplement trouvés au mauvais endroit au mauvais moment.

Une pétition appelant à la libération des deux Canadiens a jusqu’à maintenant recueilli, au moment d’écrire ces lignes, plus de 142.088 signatures, selon le «site de pétition» change.org.

Mais, en Égypte, le sort des deux Canadiens semble être le dernier souci du gouvernement égyptien alors que les islamistes en lutte contre les nouvelles autorités tentent de se relever après les arrestations massives et la dispersion de leurs rassemblements et que la péninsule du Sinaï est en proie à la violence et à l’insécurité.

À deux reprises, soulignait à 45eNord.ca Justin Podur qui s’interroge sur les lenteurs de la justice égyptienne, le procureur égyptien ne s’est pas présenté en cour pour débattre de l’affaire et a plutôt demandé une report de l’affaire.

«La poursuite et l’ensemble du pays sont confrontés à une crise et ils sont débordés, ils font face à des centaines, sinon des milliers, de cas», avait même déclaré le mois dernier Khaled El Shalakany, l’avocat retenu par la famille pour représenter les deux Canadiens «Donc, malheureusement, ils sont juste une partie d’un grand problème.»

Toutefois, on ne peut non plus écarter l’hypothèse que le passé de militantisme et d’engagement social des deux Canadiens incite les autorités égyptiennes à ne pas se presser dans le traitement de l’affaire.

Stéphane Corriveau, l’organisateur de la deuxième flottille qui devait tenter de forcer le blocus de gaza, nous rappelle que tant Greyson que Loubani sont passés par l’Égypte pour se rendre à Gaza parce qu’Israël leur fermait la porte en raison leur passé de militantisme.

À l’époque de l’organisation de la deuxième flottille pour Gaza, c’est Tarek Lounani qui avait monté le site web de l’organisation au Canada. Plus encore, John Greyson, quant à lui, était à bord d’un des bateaux qui devaient tenter de forcer le blocus.

Ce passé d’activisme a-t-il une incidence sur leur sort, et si oui, quelle incidence? Stéphane Corriveau pour sa part que, si l’engagement politique des deux Canadiens avait un impact sur le traitement de leur dossier, il ne pourrait être que positif, les autorités égyptiennes voyant qu’elles ont à faire à des personnes qui ne manqueront pas d’appuis.

Ce qui va finalement dans le sens de la déclaration du dramaturge québécois Michel Marc Bouchard, qui a résumé le sentiment général lorsqu’il a pris la parole à la fin de la manifestation en déclarant «Le Canada doit les sortir de là, maintenant. C’est aussi notre dignité qui est en jeu».

À lire aussi:

Une pétition demande la libération de deux Canadiens arrêtés en Égypte >>

 

Les deux Canadiens emprisonnés en Égypte ont commencé une grève de la faim >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.