Nigeria: Boko Haram attaque un collège de nuit, au moins 40 morts

Les forces armées nigérianes tentent actuellement d'encercler les islamistes de Boko Haram dans l'est du Nigéria (Photo: Archives/Gabonews)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Les forces armées nigérianes tentent actuellement d'encercler les islamistes de Boko Haram dans l'est du Nigéria (Photo: Archives/Gabonews)
Les islamistes de Boko Haram ont attaqué de nuit des étudiants dans l’est du Nigéria (Archives/Gabonews)

Au moins 40 morts. C’est le bilan provisoire de l’attaque imputée au groupe islamiste Boko Haram contre des étudiants endormis dans le dortoir d’un collège du Nigeria tôt dimanche matin.

L’attaque a eu lieu aux premières heures de dimanche dans la ville de Gubja, à 30 km au sud de Damataru, capitale de l’État de Yobe.

«Nous avons maintenant 40 corps qui ont été amenés dans la morgue après l’attaque», et il s’agit vraisemblablement d’étudiants du Yobe State College of Agriculture à Gujba, a déclaré un responsable de l’hôpital de Damaturu, sous couvert d’anonymat.

Un journaliste de Reuters qui s’est rendu à la morgue de l’hôpital de Damaturu a dénombré 40 corps, surtout des jeunes gens qui devaient être des étudiants.

Quelques heures plus tôt, un premier bilan faisait état d’au moins 28 morts.

«Des terroristes de Boko Haram» se sont introduits dans le collège de l’Agriculture, et «ont tiré sur des étudiants» alors qu’ils étaient endormis, a déclaré le porte-parole militaire de l’État, Lazarus Eli.

Il a été rapporté que les forces de sécurité ont affronté les membres de Boko Haram. Ce serait en partie suite à cet échange de tirs qu’il y a eu de nombreux tués.

Boko Haram (dont le nom signifie ‘l’éducation occidentale est un péché’ en langue haoussa) est responsable de nombreuses attaques visant des écoles, des universités et des collèges au cours de son insurrection déclenchée depuis près de quatre ans.

Au cours des derniers mois, l’État de Yobe a été le théâtre de violentes attaques contre des étudiants, toutes imputées à Boko Haram.

La pire (jusqu’à présent) s’est produite en juillet dans la ville de Mamudo, où les islamistes ont lancé des grenades explosives et ouvert le feu dans des dortoirs, tuant au moins 41 personnes, essentiellement des étudiants.