Quatre militaires d’Halifax devront faire face à des accusations liées à la drogue

La Justice militaire (Photo: Openphoto)
La Justice militaire (Photo: Archives/Openphoto)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
La Justice militaire (Photo: Openphoto)
La Justice militaire (Photo: Archives/Openphoto)

Cette semaine, quatre membres des Forces armées canadiennes (FAC) ont été accusés d’infractions liées à la drogue dans le cadre d’une enquête menée par l’Equipe nationale de lutte antidrogue (ENLA) du Service national des enquêtes des Forces canadiennes(SNEFC).

Les quatres membres des Forces armées ont, certes, été arrêtés à des dates différentes pour des raisons pratiques, mais c’est bien au terme de la même enquête que la police militaire a procédé à leur arrestation et à leur mise en accusation, a confirmé à 45eNord.ca le major Yves Desbiens, porte-parole du bureau du Grand Prévôt.

Le 11 septembre, le matelot de 2e classe Colin Beswick, du NCSM Montréal de la Base des Forces canadiennes (BFC) Halifax, en Nouvelle-Ecosse, a été accusé d’un chef de trafic d’une substance réglementée, d’un chef de possession d’une substance réglementée en vue d’en faire le trafic et d’un chef de possession d’une arme prohibée.

Le 11 septembre, le caporal-chef Andrew Pollett, du NCSM Montréal de la BFC Halifax, en Nouvelle-Ecosse, a été accusé, lui, d’un chef de possession d’une substance réglementée.

Le 10 septembre, le matelot de 2e classe David Oldenhof, du Centre de coordination du personnel Atlantique de la BFC Halifax, en Nouvelle-Ecosse, a été accusé d’un chef de possession d’une substance réglementée.

Et, finalement, le 13 septembre, le matelot de 3e classe Alexander De Montmorency, du NCSM Halifax de la BFC Halifax, en Nouvelle-Ecosse, a été accusé d’un chef de possession d’une substance réglementée.

Les quatre personnes arrêtées restent en liberté jusqu’à ce qu’elles soient traduites en Cour martiale, la date de comparution n’ayant pas encore été fixée.

C’est le Service national des enquêtes des Forces canadiennes qui porte ces accusations liées à la drogue contre des membres des Forces armées canadiennes à Halifax.

Le SNEFC est une unité du Groupe de la Police militaire des Forces canadiennes. Son mandat consiste à enquêter sur des dossiers graves et de nature délicate touchant le personnel des FAC partout dans le monde, ainsi que sur les infractions ayant lieu dans les établissements de défense ou aux alentours de ceux-ci.

Quant à l’ENLA du SNEFC, sa mission consiste à lutter contre l’usage de drogues dans l’ensemble des FAC et du Ministère de la Défense nationale en identifiant les personnes impliquées dans l’importation, la culture, la production, le trafic et l’usage illicite de drogues, en enquêtant sur elles et en les poursuivant, et ce, afin d’aider les commandants à maintenir des forces opérationnelles et aptes au combat.

Même s’il ne s’agit que d’une trentaine de grammes de cannabis, ce qui porte à croire que les accusées sont de simples usagers et revendeurs, la Police militaire prend très au sérieux toutes les allégations portant sur les drogues illicites, a rappelé à cette occasion le lieutenant-colonel Brian Frei, commandant du SNEFC. «Le SNEFC continuera d’adopter une approche proactive en ce qui concerne les enquêtes sur les drogues dans le but de combattre l’usage de stupéfiants au sein des FAC», ajoutant «Nous travaillons de près avec la chaîne de commandement à assurer un milieu exempt de drogues dans les FAC».