Les réfugiés syriens, dont de nombreux Damascènes, se dirigent vers l’Europe

0
Un navire des douanes italiennes rentre au port suite à une mission de recherche de bateaux transportant des personnes cherchant à rejoindre l'Europe par la mer (F.Noy/HCR)
Un navire des douanes italiennes rentre au port suite à une mission de recherche de bateaux transportant des personnes cherchant à rejoindre l’Europe par la mer (F.Noy/HCR)

Un nombre croissant de réfugiés syriens se dirigent aussi maintenant vers l’Europe et plusieurs d’entre eux sont originaires de Damas, alors que même les habitants de la capitale du pays en proie à la guerre civile et menacé de surcroît de frappes militaires ne se sentent plus en sécurité

La plupart des Syriens qui arrivent maintenant en nombre croissant dans le sud de l’Italie, dans le sud de l’Italie et avec lesquels le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est entretenu ont déclaré être originaires de Damas, avec de nombreux réfugiés palestiniens nés en Syrie, a révélé le porte-parole du HCR, Adrian Edwards.

Le HCR a aussi indiqué vendredi que le nombre de Syriens risquant des traversées périlleuses et clandestines en bateau vers le sud de l’Italie avait augmenté de façon spectaculaire ces dernières semaines, rapporte le service d’information de l’ONU.

«Ces derniers 40 jours, près de 3300 Syriens, dont plus de 230 enfants non accompagnés, sont arrivés sur les côtes de l’Italie, principalement en Sicile. Environ 670 personnes parmi eux sont arrivées la semaine dernière», a indiqué Adrian Edwards, à Genève.

Plus de 30 bateaux pleins de passagers étaient arrivés, en majorité en provenance d’Égypte, bien que certains aient commencé leur voyage en Turquie.

«La plupart des arrivants sont des familles avec enfants», a indiqué M. Edwards. «Plusieurs personnes avaient eu besoin de soins à l’hôpital pour cause de déshydratation et dans certains cas, des personnes ont dû être héliportées directement depuis le bateau à bord duquel elles se trouvaient.»

Selon les derniers chiffres du HCR, près de 21.900 personnes sont déjà arrivées dans le sud de l’Italie cette année, ce qui représente une hausse significative par rapport à 2012 au cours de laquelle il y n’y avait eu un total d’arrivées de 7981 personnes.

De ce nombre, plus de 4600 Syriens sont arrivés en Italie par la mer depuis le début de l’année 2013, dont environ les deux tiers au mois d’août.

À l’arrivée, les personnes ont été transférées vers des centres de réception.

Ces derniers mois, de nombreux Syriens ont aussi continué leur voyage depuis des pays aux frontières extérieures de l’Union européenne vers d’autres parties de l’Europe.

Ces derniers réfugiés, dont certains font partie de ce qui constitue l’ossature même de leur pays, s’ajoutent aux millions de leurs compatriotes, déplacées internes et réfugiés parqués dans les camps de pays voisins de la Syrie, qui furent les premiers à fuir la guerre civile qui en est aujourd’hui à sa deuxième année et demie.

Par ailleurs, parti de l’aéroport de Beyrouth, au Liban, un premier groupe d’une centaine de réfugiés syriens est arrivé en Allemagne il y a quelques jours.

Répartis dans plusieurs villes du pays, ils disposeront dans un premier temps d’un permis de séjour de deux ans en Allemagne, qui s’est engagé à accueillir sur son sol un total de 5 000 réfugiés

Les pays voisins de la Syrie, qui, ont de plus en plus de difficulté à accueillir les réfugiés syriens, ont lancé la semaine dernière un appel à la communauté internationale.

Soulignant les difficultés que leurs pays rencontraient face à l’afflux massif de réfugiés, principalement en Jordanie et au Liban, deux petits pays déjà en proie à des difficultés économiques, ils ont notamment demandé au reste du monde d’accueillir plus de réfugiés syriens.


L’Allemagne accueille un premier groupe de réfugiés syriens (Vidéo: Euronews)

À lire aussi:

Le Canada annonce un soutien supplémentaire aux personnes touchées par la violence en Syrie >>

 

Réfugiés syriens: appel urgent des pays voisins qui n’en peuvent plus! >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.