Syrie: l’Allemagne rejoint à Vilnius le camp des partisans d’une réponse musclée

0
Le ministre allemand des Affaires étrangères (Photo:Archives/ flickr-westerwelle)
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle (Photo:Archives/ flickr-westerwelle)

Alors que les ministres européens des Affaires étrangères réunis à Vilnius ont appelé ce samedi 7 septembre à une «réponse claire et forte» aux attaques chimiques du 21 août en Syrie, l’Allemagne a maintenant rejoint le camp des partisans d’une réponse musclée.

Le ministre allemand, Guido Westerwelle, a créé la surprise en annonçant que l’Allemagne signait à son tour l’appel à une «réponse internationale forte» lancé la veille par onze pays, dont les États-Unis, présents au sommet du G20.

L’Allemagne était le seul pays de l’UE membre du G20 à ne pas être signataire de la déclaration de la veille, décision qu’elle avait expliqué par le besoin de respecter le processus européen.

Cette annonce a été saluée par le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui a déclaré que «Le fait que l’Europe est ensemble est une bonne chose».

Les ministres européens ont par ailleurs salué l’annonce faite vendredi soir par le président François Hollande que la France attendrait le rapport de l’ONU sur les armes chimiques avant d’éventuelles frappes.

«Nous accueillons très favorablement les déclarations de M. Hollande», a déclaré à la presse la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

«Nous voulons une réponse claire et forte»

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton (g), avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry, le 7 septembre 2013 à Vilnius (Photo: Tomas Luksys/AFP)

«Nous voulons une réponse claire et forte», a affirmé Catherine Ashton, en rendant compte de la réunion de Vilnius, en présence du secrétaire d’État américain John Kerry.

La responsable de la diplomatie européenne a aussi précisé que les ministres étaient tombés d’accord sur le fait que de «fortes présomptions» indiquaient que le régime syrien était responsable des attaques à l’arme chimique ayant fait des centaines de morts dans la banlieue de Damas.

Au début de la réunion, plusieurs ministres ont toutefois affirmé qu’il était important d’attendre pour se prononcer de manière définitive les résultats du rapport des inspecteurs de l’ONU sur les attaques.

Quant à lui, le Secrétaire américain, John Kerry, doit quitter Vilnius dans le courant de l’après-midi pour se rendre à Paris où doit s’exprimer devant la presse en début de soirée en compagnie de Laurent Fabius.

Obama demande au Congrès de ne pas fermer les yeux

Le président américain Barack Obama, le 6 septembre 2013 en marge du sommet du G20 à Saint-Pétersbourg (Photo: Archives/Jewel Samad/AFP)

Pendant ce temps, dans son allocution hebdomadaire à la radio aujourd’hui, Barack Obama a demandé aux membres du Congrès américain de ne pas fermer les yeux sur l’usage des armes chimiques par le régime syrien.

«Nous sommes les États-Unis», a-t-il répété, « On ne peut pas rester aveugle devant les images de Syrie que nous avons vues. […] C’est pourquoi je demande aux membres du Congrès, des deux partis, de s’unir et d’agir pour promouvoir le monde dans lequel nous voulons vivre, le monde que nous voulons laisser à nos enfants et aux futures générations».

Le Congrès doit commencer lundi 9 septembre, jour de son retour de vacances, le débat sur les frappes militaires en Syrie.

«Ne pas répondre à cette attaque scandaleuse augmenterait le risque de voir des armes chimiques utilisées de nouveau, de les voir tomber dans les mains de terroristes qui les utiliseraient contre nous, et cela enverrait un message désastreux aux autres nations, qu’il n’y aurait pas de conséquences pour l’utilisation de telles armes», a encore prévenu Barack Obama.

Le président américain a aussi rappelé une fois encore pourquoi il demandait le feu vert du Congrès alors que le pouvoir exécutif aurait pu décider d’une intervention sans l’aval des élus: « […] notre nation sera plus forte si nous agissons tous ensemble, et nos actions seront plus efficaces. C’est pourquoi j’ai demandé aux membres du Congrès de débattre de la question et de voter pour autoriser l’usage de la force».

Un haut responsable républicain de la Chambre des représentants a déclaré que le vote sur l’autorisation du recours à la force en Syrie aurait lieu «dans les deux prochaines semaines».

Barack Obama, quant à lui, prévoit s’adresser de nouveau aux Américains mardi, 11 septembre, jour anniversaire des attaques terroristes contre le World Trade Center à New-York, en 2001.

*Avec AFP


Obama s’adressera à la nation mardi 11 septembre, jour anniversaire des attaques terroristes contre le World Trade Center (Vidéo: JewishNewsOne)

À lire aussi:

Syrie: 11 pays du G20 appellent à une «réponse internationale forte» contre Damas >>

 

Pourquoi Obama demande-t-il l’aval du Congrès sur la Syrie? >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.