Syrie: les cinq membres du Conseil de Sécurité s’entendent sur les principaux points d’une résolution

0
Drapeau de l'ONU à New York (Archives/Timothy Clary/AFP)
Drapeau de l’ONU à New York (Archives/Timothy Clary/AFP)

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies se sont mis d’accord mercredi sur les «principaux points» d’une résolution de l’ONU encadrant le désarmement chimique syrien, ont indiqué des diplomates, rapporte l‘AFP.

La résolution mentionne la possibilité de prendre ultérieurement «des mesures sous chapitre 7», c’est-à-dire coercitives, si la Syrie se dérobe à ses engagements de désarmement, ce qui eétait le principal point de désaccord entre les puissances occidentales et la Russie, alliée du régime de Damas.

Elle ne contient cependant pas de menace immédiate.

Hier, mardi, le président américain Barack Obama avait réclamé de nouveau une résolution ferme du Conseil de sécurité assortie de conséquences pour le régime de Bachar al-Assad s’il ne respectait pas ses engagements en ce qui a trait au démantèlement de son arsenal chimique.

Le président français François Hollande avait lancé lui aussi un appel similaire au Conseil de sécurité, l’exhortant à adopter une résolution prévoyant «des mesures coercitives, c’est-à-dire sous Chapitre VII, qui ouvrirait la voie à une éventuelle action armée contre le régime en cas de manquement à ses obligations».

Moscou, allié indéfectible du régime de Damas, avait réaffirmé il n’était pas question d’adopter une résolution au Conseil de sécurité sous chapitre VII, ni d’application automatique de sanctions et encore moins de recours à la force, mais, lueur d’espoir, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov avait admis la «mention» dans la résolution du chapitre en question.

À lire aussi:

ONU: la Syrie au coeur des débats de la 68ème Assemblée générale >>

 

Les enquêteurs de l’ONU sur les armes chimiques sont de retour en Syrie >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.