16 des 26 candidats à la présidentielle afghane disqualifiés

0
L'Afghanistan a connu une très nette augmentation des décès de civils au mois de mai 2013 (Photo: Archives/ UNAMA)
L’Afghanistan tournera une page en avril 2014, avec le départ du président Karzaï, en place depuis le début de la guerre (Photo: Archives/ UNAMA)

Plus de la moitié des candidats à l’élection présidentielle afghane d’avril 2014 ont été disqualifié par la commission électorale afghane.

Lors d’une conférence de presse à Kaboul, le chef de la commission, Yousof Nooristani, a précisé que sur les 26 candidats qui ont officiellement soumis leur dossier à la commission électorale indépendante (IEC), dix pourront effectivement participer à l’élection.

Parmi ceux qui restent et qui font partis des favoris, on retrouve l’ancien chef de la diplomatie afghane Abdullah Abdullah, le frère du président Karzaï, Qayyum Karzaï, et l’ex-ministre des Finances Ashraf Ghani.
Le président Hamid Karzaï souhaitait qu’il n’y ait pas trop de candidats afin d’éviter une certaine confusion, comme cela avait été le cas en 2009, où pas moins de 40 candidats étaient en lice.

Les règles étant désormais plus resserrées, les candidats doivent donc être âgés d’au moins 40 ans, ne pas avoir de casier judiciaire, déposer une caution de près de 18.000 $ et surtout fournir les signatures de 100.000 partisans à travers le pays afin de prouver qu’ils disposent d’une véritable base électorale.

Même s’ils ne remplissent pas tous ces critères, les candidats écartés peuvent toutefois faire encore appel à la commission électorale pour contester la décision. La liste définitive des candidats sera connue le 16 novembre prochain.

La présidentielle du 5 avril prochain se tiendra à quelques mois seulement du retrait des 87.000 soldats de la mission de l’OTAN en Afghanistan et six jours après le départ des derniers militaires canadiens, dont la mission prend officiellement fin le 31 mars 2014.

Les talibans afghans, conviés à des pourparlers afin de pacifier le pays après le retrait des forces occidentales, ont annoncé leur boycott de ce scrutin.

À lire aussi:

Un mentor du cerveau des attentats du 11-Septembre candidat à la présidentielle afghane >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.