C’est la guerre à la marijuana: l’opération Sabot en PHOTOS

4

Ah! l’automne! Les feuilles mortes, les forêts rougeoyantes, les «épluchettes de blé d’Inde» et…la guerre de l’Aviation royale canadienne à la marijuana!

Chaque année, l’Aviation royale canadienne fournit les services de mobilité aérienne, une aide en matière de surveillance et le personnel nécessaire au programme d’éradication de la mari: l’opération Sabot.

Ce programme de suppression totale de la marijuana est mené chaque année à l’automne par la Gendarmerie royale du Canada avec le soutien des Forces armées canadiennes et de la Police provinciale de l’Ontario.

Une des fonctions des Forces armées canadiennes précisées par la Loi sur la défense nationale est justement l’assistance au maintien de la loi au Canada.

C’est ainsi que les Forces armées canadiennes participent à l’opération Sabot en vertu d’un protocole d’entente entre le ministère de la Défense nationale et le Solliciteur général du Canada.

La contribution de l’Aviation royale canadienne à l’opération Sabot relève du Commandement des opérations interarmées du Canada (COIC), du point de vue opérationnel, et du contrôle opérationnel du Commandement de la composante aérienne de la force interarmées, à la 17e Escadre Winnipeg (Manitoba).

Toutefois, les patrouilles menées dans le cadre de l’Op Sabot sont, bien sûr, dirigées par des agents de la GRC qui mettent en œuvre toutes les mesures d’application de la loi et qui en sont entièrement responsables.

«Les organisations de crime organisé profitent énormément de la culture illicite de la marijuana dans des jardins clandestins, mieux connus sous le nom d’installations de culture» peut-on lire sur le site de la Défense nationale, qui ajoute « Il est bien connu que les ventes de marijuana, particulièrement au-delà de la frontière américaine, servent à financer des entreprises criminelles comme l’importation illicite au Canada d’autres drogues, particulièrement de la cocaïne, ainsi que d’armes.»

On trouve, au Canada, des installations de culture extérieures et intérieures.

Une installation extérieure typique consiste en un jardin planté au centre d’un champ de maïs ou d’une forêt, où les plantes à port élevé ou la végétation naturelle font office de camouflage, d’où la necessité d’avoir recours à l’aide de l’Aviation royale canadienne pour repérer les plantations et y amener les dépisteurs de la police.

Depuis le lancement de l’opération, en 1989, les patrouilles exécutées dans le cadre de l’opération Sabot ont abouti à de nombreuses arrestations et à la destruction de centaines de milliers de plants de marijuana.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion4 commentaires

  1. Lucien Samuel Porsie

    Gaspiller des fonds des forces armées canadiennes pour du pot……come on

  2. c'est pareil en Afghanistan ! sauf que ce qui font après avec l'opium… c'est encore plus mystérieux