Deux des 23 sites syriens d’armes chimiques inaccessibles pour «raisons de sécurité»

0
Deux des 23 sites d'armes chimiques sont inaccessibles (Archives/Louai Beshara/AFP)
Deux des 23 sites d’armes chimiques sont inaccessibles (Archives/Louai Beshara/AFP)

Les experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont inspecté en Syrie 21 des 23 sites déclarés par Damas, les deux sites devant encore être vérifiés ne l’ayant pas été pour des raisons de sécurité, rapporte lundi l’OIAC sur son site internet.

«Au 27 octobre, les inspecteurs de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques ont conclu dans le cadre de la mission conjointe de l’OIAC et des Nations unies en Syrie leurs activités de vérification sur 21 des 23 sites annoncés par la partie syrienne», soulignant que «les deux sites qui doivent encore être inspectés ne l’ont pas été pour des raisons de sécurité».

Selon l’OIAC, qui a obtenu le prix Nobel de la paix il y a peu, la mission «continue de faire en sorte que les conditions de sécurité nécessaires soient remplies afin que les inspecteurs puissent accéder sans risque à ces sites».

La mission conjointe OIAC/ONU est chargée de superviser la destruction de l’arsenal chimique syrien suite à la résolution 2118 du Conseil de sécurité des Nations unies qui ordonne la destruction de l’arsenal chimique syrien d’ici la mi-2014.

Les inspecteurs devaient avoir inspectés l’ensemble des 23 sites pour dimanche, date butoir à laquelle la Syrie devait également avoir soumis à l’OIAC un programme détaillé pour la destruction de son arsenal chimique.

Ce «plan général de destruction» avait été soumis jeudi à l’OIAC.

Le Conseil exécutif de l’OIAC utilisera la déclaration soumise jeudi pour fixer d’ici au 15 novembre les différentes dates butoir pour la destruction de l’arsenal chimique de la Syrie, devenue officiellement État partie à la convention le 14 octobre.

Selon des experts, la Syrie possèderait plus de 1.000 tonnes d’armes chimiques, dont 300 tonnes de gaz moutarde.

La mission de désarmement chimique de la Syrie est extrêmement ambitieuse et dangereuse: pour la première fois dans l’histoire de l’OIAC, une mission est effectuée dans un pays en pleine guerre civile.

L’émissaire

Pendant ce temps, l’émissaire international pour la Syrie Lakhdar Brahimi est arrivé à Damas pour la phase la plus délicate de sa mission visant à organiser en novembre une conférence internationale rejetée par les groupes rebelles armés.

Sa mission s’annonce aussi extrêmement difficile depuis que 19 importantes factions rebelles ont menacé de traduire les opposants qui oseraient se rendre Genève devant leurs tribunaux pour trahison, laissant clairement entendre qu’ils seraient exécutés.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a jugé ces menaces «révoltantes».

À lire aussi:

La Norvège exclut de détruire une partie de l’arsenal chimique syrien sur son sol >>

 

131022-globemaster-oiac-vehicules-blindés (6)Le Canada aide à transporter des véhicules blindés pour l’OIAC en Syrie (PHOTOS) >>

 

Syrie: combats à la prison d’Alep, l’OIAC a vérifié 11 sites chimiques >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.