Deux soldats israéliens blessés par des tirs syriens sur les hauteurs du Golan

1
Un exercice militaire israélien sur le plateau du Golan, le 2 octobre 2013 (Jack Guez/AFP)
Un exercice militaire israélien sur le plateau du Golan, le 2 octobre 2013 (Jack Guez/AFP)

Deux obus de mortiers ont frappé un poste militaire dans les hauteurs du Golan blessant légèrement deux soldats de Tsahal et une plainte a été déposée par Israël auprès de l’ONU.

Les deux soldats israélien ont été légèrement blessé mercredi par des tirs dans un secteur du plateau du Golan occupé par Israël, rapporte les forces israéliennes.

Le rapport initial indique que ces tirs sont le résultat des combats internes en Syrie, dit Tsahal.

 

Il s’agit donc apparemment d’une erreur de tir suivi de tirs de représailles de l’armée israélienne.

La politique d’Israël en la matière est de ne tolèrer aucun tir contre son territoire et de répondra avec fermeté contre toute agression en provenance de la Syrie.

La semaine dernière, des ouvriers travaillant à la construction de la barrière sur la ligne de cessez-le-feu sur le Golan avaient aussi essuyé des tirs sans qu’il y ait de blessé.

La situation sur le plateau du Golan est tendue depuis l’éruption du conflit en Syrie il y a plus de deux ans, bien que les incidents aient été plutôt mineurs, avec quelques tirs à l’arme légère ou au mortier ayant atteint Israël, qui presque toujours répliqué.

Toutefois, l’armée syrienne avait revendiqué en mai pour la première fois des tirs ayant touché un véhicule militaire israélien sur le Golan.

Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie.

Il occupe depuis la fin de la guerre des Six jours de 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qu’il a annexés, environ 510 km2 restant sous contrôle syrien.

Par ailleurs, des dizaines de Syriens blessés dans les violences dans leur pays, dont des femmes et des enfants, ont été soignés dans le nord d’Israël depuis 2011.

À lire aussi:

Golan: Israël détruit une pièce d’artillerie après des tirs dans sa direction >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire