La princesse Anne remet la bannière royale au Service de santé royal canadien (PHOTOS)

0

La princesse Anne, colonel en chef du Service de santé royal canadien, a rendu visite ce jeudi 24 octobre au personnel médical dans leur maison mère, le Centre d’instruction des Services de santé des Forces canadiennes à Borden pour remettre la Bannière de la princesse royale à titre de faveur royale en reconnaissance des sacrifices, de la vaillance et de l’excellence clinique dont le personnel du Service de santé royal canadien a fait preuve durant les opérations menées en Afghanistan depuis 2002.

«Au nom du gouvernement du Canada, j’aimerais souhaiter sincèrement la bienvenue à Son Altesse Royale la princesse royale et la remercier de la reconnaissance que le Service de santé royal canadien a reçue aujourd’hui», a déclaré le ministre de la Défense, Rob Nicholson. «Tout au long des opérations en Afghanistan, le Service de santé royal canadien a reçu beaucoup d’éloges sur le plan national et international en tant que chef de file dans les domaines de la médecine militaire, de la formation médicale, du leadership, de la gestion des traumatismes, des soins de santé mentale, de la réadaptation et de la recherche connexe en santé.»

La princesse Anne remet la bannière royale au Service de santé royal canadien (Sergent Paul MacGregor‬, Forces armées canadiennes)

De 2006 à 2009, le Service de santé royal canadien a également établi et dirigé l’Unité médicale multinationale de rôle 3, le tout premier hôpital multinational de l’OTAN dans une zone de combat, pour lequel le Canada a obtenu la plus grande distinction de l’OTAN en matière de soutien médical.

L’Unité médicale multinationale de rôle 3 a traité des dizaines de milliers de patients. Le personnel de l’OTAN qui présentait encore des signes vitaux à son arrivée à l’Unité avait 98 p. 100 de chances de s’en sortir vivant. Durant les opérations en Afghanistan, c’est le Service de santé royal canadien qui a eu le plus grand nombre de blessés et de tués au combat mises à part les unités de combat.

«Les Forces armées canadiennes sont très fières des réalisations du Service de santé royal canadien,» a déclaré pour sa part le général Tom Lawson, chef d’état-major de la Défense. «Outre ses réalisations, la remise de cette bannière souligne les immenses sacrifices consentis par les militaires du Service de santé royal canadien, tout en protégeant la santé et la vie de leurs camarades et celle des Afghans.»

C’est la troisième fois dans l’histoire que la bannière royale est présentée à un élément des Forces armées canadiennes (FAC), la deuxième ayant été remise également au Service de santé royal canadien par la Reine-Mère en 1985.

«Nous sommes profondément honorés par la visite de Son Altesse Royale. Nous étions déjà ravis simplement en ayant un colonel en chef dont la vie a été un si noble exemple de devoir et de service, mais encore plus maintenant en recevant une bannière royale en reconnaissance des sacrifices et de la valeur immenses de nos militaires lors des opérations récentes,» a affirmé quant à lui le brigadier-général Jean-Robert Bernier, médecin chef.

Au cours de la partie privée de sa visite, la princesse Anne a également rencontré des militaires de tous les grades du service de santé, a dévoilé l’insigne du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes et a visité une exposition du 1er Hôpital de campagne canadien.

La princesse royale effectue une visite privée en Ontario du 22 au 25 octobre.

A cette occasion, elle rencontrera également le personnel des Grey & Simcoe Foresters et de la Branche des communications et de l’électronique à titre de colonel en chef de ces unités, respectivement à Barrie, Borden et Kingston. De plus, des événements conjoints de bienvenue sont organisés par les villes de Barrie et de Kingston à l’occasion de sa visite.

À lire aussi:

La princesse royale Anne visitera en octobre les unités des Forces canadiennes dont elle est colonel en chef >>

 

Au tour des services de santé des Forces canadiennes de reprendre leur désignation «royale» >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.