Le Canada a participé à la Conférence des armées des Amériques à Mexico

0
Un bâtiment du «Heroìco colegio militatar», à Mexico (Archives/Sedena)
Un bâtiment du «Heroìco colegio militar», à Mexico (Archives/Sedena)

Le lieutenant-général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne, a participé du 21 au 25 octobre à la Conférence des commandants des armées des Amériques qui se tenait cette année dans la capitale mexicaine.

Le commandant de l’armée mexicaine, le général Salvador Cienfuegos Zepeda (Sedena)

C’est le secrétaire à la Défense du pays hôte et commandant de l’armée mexicaine, le général Salvador Cienfuegos Zepeda, qui a présidé à cette conférence qui a servi de tribune aux commandants pour échanger leurs expériences et les leçons retenues avec leurs homologues des autres pays des deux Amériques.

La Conférence des armées des Amériques a vu le jour en 1968 dans l’objectif d’analyser, de débattre et d’échanger des idées et des expériences sur des sujets d’intérêts communs dans le domaine de la défense.

La Conférence des armées des Amériques regroupe 20 armées membres, notamment Antigua-et-Barbuda, Argentine, Bolivie, Brésil, Canada, Chili, Colombie, République dominicaine, Équateur, El Salvador, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Paraguay, Pérou, Trinité-et-Tobago, États-Unis, Uruguay et Venezuela, de même que cinq armées observatrices et deux organisations militaires observatrices.

Le Canada s’y est joint à titre d’armée observatrice en 1991 et il est devenu membre à part entière en 1993.

«La Conférence des armées des Amériques remplit deux des trois rôles fondamentaux des Forces armées canadiennes, à savoir la défense de l’Amérique du Nord et la contribution à la paix et à la sécurité internationale », explique le ministre canadien de la Défense, Rob Nicholson, « Notre participation à des activités internationales d’une telle envergure renforcera les relations de défense de l’hémisphère et démontrera l’engagement du Canada à accroître les capacités et à favoriser l’établissement de partenariats dans l’hémisphère occidental. »

L’ordre du jour de la Conférence cette année mettait en lumière les nouvelles technologies, l’environnement et les catastrophes naturelles, la formation, l’éducation et les aspects juridiques du travail des armées sur le continent.

Les commandants ont eu l’occasion d’exposer à leurs collègues les activités que leurs armées ont réalisées en 2012, notamment des opérations de maintien de la paix et des opérations d’aide humanitaire et de secours aux sinistrés qui faisaient partie des divers mandats des Nations Unies.

«L’armée mexicaine a organisé une conférence des plus réussies et a permis à tous les participants d’approfondir leurs relations et de renforcer leurs partenariats de défense et de sécurité », a affirmé quant à lui le lieutenant général Hainse. « Rencontrer d’autres commandants d’armées afin de débattre et d’échanger des idées et des expériences nous permet de garder le contact. Ce dialogue direct entre les leaders militaires veille à ce que nous ayons une compréhension commune des enjeux auxquels sont confrontées les forces terrestres de la région.»

Sous la présidence du Mexique, qui se termine en février 2014, la CEA compte bien, maintenant, «appliquer les mécanismes et procédures pour améliorer les capacités collectives de l’interopérabilité de ses membres dans les opérations de secours en cas de catastrophe.»

Pour sa part, Juan Pablo Rodriguez, commandant de l’armée de Colombie, qui présidera la conférence en février 2014 jusqu’en 2015, a déclaré que la consolidation de la CEA permettra de combattre efficacement ensemble et les défis qui se posent à l’avenir sur le continent et souligné l’importance de réagir avec force à la menace du terrorisme et le trafic de drogue.

À lire aussi:

Le commandant de l’Armée canadienne à la Conférence des armées des Amériques >>

 

Le Canada de plus en plus présent dans la lutte antidrogue en Amérique centrale >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.