Le caporal-chef Clarence Stillman condamné à six ans pour avoir fait feu sur ses camarades

0
La Justice militaire (Photo: Openphoto)
La Justice militaire (Photo: Archives/Openphoto)

Le caporal-chef Clarence Stillman a été condamné ce vendredi 25 octobre en cour martiale à purger une peine d’emprisonnement de six ans et à la destitution des Forces armées après avoir été reconnu coupable de plusieurs accusations relatives aux armes à feu à la suite d’un incident en juillet 2012 où il avait tiré sur deux autres membres des Forces armées canadiennes.

Le procès du technicien en approvisionnement devant la cour martiale permanente s’était amorcé le 22 octobre 2013 à la Base des Forces canadiennes Shilo (Manitoba).

Le 23 octobre 2013, un juge militaire a trouvé le caporal-chef Stillman coupable des accusations de décharge intentionnelle d’une arme à feu, décharge imprudente d’une arme à feu, voies de fait graves, utilisation d’une arme à feu dans la perpétration d’une infraction et possession d’une arme à feu chargée à autorisation restreinte.

L’incident pour laquelle le caporal-chef Stillman a été accusé s’était produit dans la zone résidentielle de la Base des Forces canadiennes Shilo, au Manitoba.

Après une soirée bien arrosée, le caporal-chef, alors en état d’ébriété, avait été expulsé après s’être querellé avec les autres invités.

Il était alors revenu avec une arme pour s’en prendre à ses camarades.

Stillman avait ciblé lors de cet incident deux membres des Forces armées canadiennes: le premier a souffert d’une blessure non mortelle et le deuxième, quoique ciblé, n’a souffert d’aucune blessure.

Ce n’est toutefois pas une arme des Forces armées canadiennes qui avait servi à la perpétration de ces onfractions.
Le juge militaire a également rendu des ordonnances additionnelles relatives à l’interdiction d’arme et au prélèvement d’échantillons du caporal-chef Stillman qui seront conservés dans la Banque nationale de données génétiques.

L’arme à feu utilisée dans la perpétration des infractions et d’autres armes à feu appartenant au caporal-chef Stillman seront confisquées.

Même s’il a signé une confession, le caporal-chef a décidé de faire appele du verdict, contestant la constitutionalité de la Lo de la Défenbse en vertu de laquelle il a été condamné.

Le caporal-chef Stillman a pour l’instant été libéré de prison avec un certain nombre de conditions, en attendant le verdict de l’appel.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.