Les États-Unis, «gendarme du monde», ébranlés par la paralysie de l’appareil de l’État

0
Le sergent de l'Armée américaine John Cooley, affecté  au  Nemesis Troop, 4th Squadron, 2nd Cavalry Regiment, surveille le périmètre de sécurité pendant une réunion de l'Équipe provinciale de reconstruction de la province afghane de Rarah et le responsable de l'agriculture, de l'irrigation et du cheptel de la ville de Farah, le 28 septembre 2013 (lieutenant Chad A. Dulac, US Navy)
Le sergent de l’Armée américaine John Cooley, affecté au Nemesis Troop, 4th Squadron, 2nd Cavalry Regiment, surveille le périmètre de sécurité pendant une réunion de l’Équipe provinciale de reconstruction de la province afghane de Rarah et le responsable de l’agriculture, de l’irrigation et du cheptel de la ville de Farah, le 28 septembre 2013 (lieutenant Chad A. Dulac, US Navy)

L’État fédéral américain paralysé, le fonctionnement des forces armées gravement perturbé, le Secrétaire à la Défense, exaspéré, déclare de Séoul «C’est absurde, complètement irresponsable, inutile. Cela ne doit pas se produite» et le président Obama adresse un message d’encouragement aux militaires et employés du Pentagone et à leurs familles.

Cette fois, ça y est, l’État fédéral américain est paralysé faute d’accord budgétaire au Congrès, le fonctionnement les forces armées de la première puissance militaire du monde gravement perturbé, 400 000 employés de la Défense mis à pied et, comble d’ironie, une partie du personnel qui accompagne le Secrétaire Hagel en Corée se retrouvera au chômage à son retour en Amérique.

Mardi pour la première fois depuis 17 ans des centaines de milliers de fonctionnaires seront mis à pied temporairement, une mesure draconienne qui perturbe même les fonctions essentielles comme la sécurité.

Malgré d’intenses tractations et une soirée d’allers-retours entre le Sénat à majorité démocrate et la Chambre des représentants dominée par les républicains, aucun projet de loi de finances n’a pu être adopté à temps pour le début de l’exercice budgétaire 2014, qui a commencé à 00h00 mardi.

Les militaires en uniformes sont épargnés, mais pas les employés civils qui les soutiennent. En outre, les déplacements (des militaires et des civils à l’emploi de la Défense) et les exercices s’arrêtent, aucun contrat ne peut être signé ni prolongé par le Pentagone.

Pendant ce temps, le Secrétaire à la Défense Chuck Hagel n’a pas caché son exaspération aux journalistes voyageant avec lui ici à Séoul, en Corée, pour la commémoration du 60e anniversaire de l’alliance américano-coréenne.

Il a déclaré que lui et d’autres responsables du Pentagone travaillent maintenant sur un plan visant à élargir la définition d’un travailleur « exclu» – pour tenter de sauver de la mise à pied temporaire (et, il faut le noter, sans rémunération ni garantie de paie rétroactive) des dizaines de milliers de civils qui vont se retrouver en vacances forcées, mais dont le Département a besoin pour fonctionner.

«Nos avocats croient que nous pouvons étendre le statut d’exemption , nous ne savons pas si c’est le cas, mais nous explorons cela. », a dit le Secrétaire américain.

Hagel a dû quitter tôt hier soir la soirée de gala en l’honneur du 60e anniversaire de l’alliance américano-coréen tôt pour conférer avec le Secrétaire adjoint à la Défense, Ashton Carter, le contrôleur Bob Hale et le conseiller juridique du Pentagone Bob Taylor pour faire face à la crise.

Selon Hagel, cette crise nuit considérablement la crédibilité de l’Amérique auprès de ses alliés.

L’ancien sénateur républicain du Nebraska a déclaré que le Congrès doit commencer à comprendre les effets pervers d’une telle paralysie et « ce que cela inflige à notre peuple» , ajoutant aussi que le Congrès doit «retrouver son équilibre et se remettre à gouverner correctement».

Pour sa part, le président Obama Le président Obama, a adressé un message aujourd’hui aux militaires et à leurs familles ainsi qu’aux employés civils de la Défense pour les assurer de son appui.

«… Je sais que cette paralysie [de l’État fédéral américain]se produit dans le contexte de changements plus vastes. La guerre en Irak est terminée, la guerre en Afghanistan prendra fin l’année prochaine après plus d’une décennie. […] Oui, notre armée sera plus légère et en tant que nation nous sommes confrontés à des choix budgétaires difficiles à l’avenir. Mais voici ce que je veux que vous sachiez. Je vais continuer à me battre pour en finir avec ces compressions budgétaires automatiques qui font du tort à notre armée et de notre économie. Nous avons besoin d’une approche responsable qui s’occupe de nos problèmes budgétaires et maintient notre armée et de notre économie. Je vais s’assurer vous restiez la plus grande fotcve militaire dans le monde, sans exception. C’est ce pour quoi que je me bats. C’est ce que vous et vos familles méritez …»


Message du président américain aux militaires, aux employés civils du Pentagone et à leurs familles (Vidéo: DoD)

À lire aussi:

Paralysie de l’État américain: arrêt des exercices et mise à pied de la moitié des employés du Pentagone >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.