Liban: une vidéo d’exécutions de Syriens attribuées au Hezbollah

0
Un militant du Hezbollah contrôle des voitures dans la banlieue de Beyrouth, le 23 septembre 2013 (Archives/Joseph Eid/AFP)
Un militant du Hezbollah contrôle des voitures dans la banlieue de Beyrouth, le 23 septembre 2013 (Archives/Joseph Eid/AFP)

Une vidéo qui semble montrer des combattants du Hezbollah chiite libanais en train d’exécuter des rebelles syriens grièvement blessés a choqué au Liban, menaçant d’aggraver les tensions communautaires dans le pays.

Sur la vidéo, on peut voir des hommes armés, vêtus de treillis, dont l’un au moins arbore le brassard jaune habituellement porté par les membres du Hezbollah, sortir plusieurs corps ensanglantés d’un van et les abattre.

A la fin, l’un des hommes, parlant libanais, s’adresse aux autres en disant «Attendez, attendez, nous exécutons des ordres, nous ne sommes pas là pour nous venger».

L’authenticité de la vidéo d’1,40 minutes n’a pu être confirmée, et on ignore où et quand elle a été tournée. Le Hezbollah libanais, qui a envoyé des combattants en Syrie pour soutenir le régime de Damas, s’est refusé à tout commentaire.

Selon la chaîne de télévision Al-Arabiya, les images pourraient avoir été tournées durant la bataille de Qousseir, une ville stratégique à la frontière avec le Liban reprise par les troupes syriennes aux rebelles avec l’aide du Hezbollah.

Les tensions entre communautés ont été exacerbées au Liban par la guerre en Syrie, qui divise le pays entre les partisans des rebelles, majoritairement sunnites, et ceux du régime de Bachar al-Assad, soutenus par le Hezbollah chiite.

Des heurts meurtriers ont eu lieu sporadiquement sur le territoire libanais depuis le début du conflit en mars 2011, et récemment des bombardements ont réveillé la peur d’un retour à la guerre civile qui a dévasté le pays entre 1975 et 1990.

Les médias libanais n’ont presque pas diffusé cette vidéo, soit par incapacité à confirmer son authenticité, soit par peur de raviver ces tensions.

Mais les réactions se sont multipliées sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes faisant un parallèle entre le Hezbollah chiite et les groupes rebelles sunnites ayant commis des atrocités dans le passé.

«Entre les djihadistes sunnites salafistes et les djihadistes fondamentalistes chiites, il faut vraiment qu’on fasse attention», écrit Mustafa Fahas sur Facebook.

Sur Twitter, un usager a comparé la vidéo à celle, célèbre, d’un rebelle syrien mangeant les organes d’un homme de confession alaouite, une branche de l’islam a laquelle appartient le camp Assad.

Le Hezbollah est de plus en plus critiqué au Liban pour sa décision de prendre part à la guerre en Syrie aux côtés du régime d’Assad.

Le mouvement a revendiqué cet engagement en expliquant qu’il s’agissait de protéger le Liban des islamistes extrémistes qui combattent dans les rangs rebelles.

La Syrie a longtemps été une zone de transit pour l’aide iranienne au puissant Hezbollah chiite.

Les commentaires sont fermés.