Libération des quatre otages français enlevés au Niger en 2010

0
Montage photos du 8 septembre 2012 à partir de captures d'une vidéo fournie par le site internet Sahara Medias, présentant les 4 otages français détenus par Aqmi à Arlit au Niger, de gauche à droite, Pierre Legrand, Marc Feret, Daniel Larribe, et Thierry Dole (AFP)
Montage photos du 8 septembre 2012 à partir de captures d’une vidéo fournie par le site internet Sahara Medias, présentant les 4 otages français détenus par Aqmi à Arlit au Niger, de gauche à droite, Pierre Legrand, Marc Feret, Daniel Larribe, et Thierry Dole (AFP)

Le président français François Hollande a annoncé mardi à Bratislava (Slovaquie) la libération des quatre otages français travaillant pour Areva, enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit au Niger par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

»Je veux vous annoncer une heureuse nouvelle. Je viens d’apprendre par le président du Niger que nos quatre otages du Sahel, les otages d’Arlit, viennent d’être libérés», a déclaré M. Hollande dans une allocution depuis Bratislava où il était en visite officielle.

«Je veux exprimer toute ma gratitude au président du Niger qui a réussi à obtenir le libération de nos compatriotes» Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, a poursuivi le chef d’État français.

François Hollande a évoqué «trois ans d’épreuves pour ces ressortissants capturés, détenus par des geôliers sans scrupules», «trois ans de souffrance pour les familles qui vivaient un calvaire et qui sont aujourd’hui soulagées».

Les ministres Laurent Fabius (Affaires étrangères) et Jean-Yves Le Drian (Défense) «sont partis pour Niamey», a aussi déclaré le président français.

«Les otages sont en route vers Niamey», précisait-on vers 18h00 (heure de Paris) du côtédu ministre de la Défense.

 

Infographie sur la localisation des sept Français encore otages dans le monde, après la libération des 4 d’Arlit (AFP)

Avec la libération ce mardi 29 octobre des quatre otages elevés en 2010 au Niger, il reste maintenant sept Français toujours détenus de par le monde.

Le président Hollande a aussi ajouté qu’il «pensait néanmoins encore à ces sept otages français toujours détenus – deux au Sahel, un au Nigeria, quatre en Syrie». «Je leur dis ce message simple et bref: Ne perdez pas espoir, ne perdez jamais espoir, la République est là, toujours solidaire».

«Dès que j’ai pris mes fonctions», a ajouté François Hollande dans sa déclaration mardi soir, «j’avais décidé d’utiliser tous les contacts possibles».

«La guerre que nous avons engagée au Mali, sous l’égide des Nations unies, a pu suspendre ces initiatives», a expliqué le président français, mais «Elles ont été immédiatement reprises» ensuite, a-t-il ajouté.

Le 16 septembre 2010, sept personnes – cinq Français dont une femme, un Togolais et un Malgache – avaient été enlevées à Arlit, site d’extraction d’uranium dans le nord du Niger.

Le 24 février 2011, la Française, Françoise Larribe, épouse de Daniel, ainsi que le Togolais et le Malgache, avaient été libérés, mais, le mois suivant, AQMI, avait réclamé «au moins 90 millions d’euros» pour la libération des quatre Français encore détenues, demande aussitôt rejetée par la France, le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian déclarant alors «On ne négocie pas sur ces bases-là avec ces groupes-là. On ne joue pas à ce jeu de surenchère!».


Le président de la République, François Hollande, a annoncé la libération des otages français enlevés à Arlit, au Niger, le 16 septembre 2010 (Vidéo: Présidence de la République française)

À lire aussi:

Après 1 000 jours de détention, les quatre otages enlevés au Niger seraient en Algérie >>

 

Otages français au Niger: le président Hollande confirme avoir reçu des preuves de vie >>

 

Une vidéo «crédible» des otages français enlevés au Niger a été diffusée >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.