Menaces nord-coréennes : Séoul et Washington adoptent une «stratégie de dissuasion sur mesure»

0
Le Secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, à gauche, et le ministre sud-coréen de la Défense, Kim Kwan-jin,  signent un accord prévoyant une «stratégie de dissuasion sur mesure» face à la menace nord-coréenne, lors de la 45e Réunion consultative de sécurité à Séoul le 2 octobre (Erin A. Kirk-Cuomo/DoD)
Le Secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, à gauche, et le ministre sud-coréen de la Défense, Kim Kwan-jin, signent un accord prévoyant une «stratégie de dissuasion sur mesure» face à la menace nord-coréenne, lors de la 45e Réunion consultative de sécurité à Séoul le 2 octobre (Erin A. Kirk-Cuomo/DoD)

Lors de la 45e Réunion consultative sur la sécurité (SCM) qui s’est tenue à Séoul, le ministre de la Défense Kim Kwan-jin et le secrétaire à la Défense américain Chuck Hagel ont signé le 2 octobre une «stratégie de dissuasion sur mesure» destinée à faire face aux armes de destruction massive de la Corée du Nord dont le nucléaire.

En raison des menaces nord-coréennes, les deux alliés se sont aussi entendus sur un nouveau report du transfert du contrôle opérationnel en temps de guerre (OPCON) prévu pour décembre 2015 et ont décidé de fixer une nouvelle date de transfert de l’OPCON au cours du premier semestre de l’année prochaine.

La stratégie de dissuasion sur mesure qui est entrée en vigueur suite à la signature par les deux chefs des défenses sud-coréenne et américaine prescrit des mesures de réponse diplomatiques et militaires selon trois différents stades de crise nucléaire nord-coréenne : menace, utilisation nucléaire imminente et utilisation nucléaire.

Elle prévoit notamment la possibilité d’une action militaire préventive si l’utilisation d’armes nucléaires par le Nord est imminente.
Comme principaux moyens de réponse militaire, elle englobe toutes les capacités militaires disponibles et tous les moyens de dissuasion, dont le parapluie nucléaire américain, les attaques conventionnelles et le bouclier antimissile.

«La stratégie de dissuasion englobe des moyens dissuasifs efficaces selon différents scénarios de menace nucléaire nord-coréenne», a déclaré à ce propos le ministre sud-coréen de la Défense lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion.

Bien que cette stratégie ne préconise aucun plan d’action spécifique en anticipation d’un scénario particulier, elle vise à exploiter les capacités de l’alliance pour consolider sa capacité de dissuasion envers la Corée du Nord, a dit pour sa part le porte-parole du Pentagone, George Little.

«Le but de la stratégie est d’améliorer la coopération et la consultation bilatérales pour s’assurer que l’alliance puisse faire face aux sérieux défis posés par les programmes nucléaires et balistiques nord-coréens», a précisé le porte-parole américain par voie de communiqué

Quant au transfert de l’OPCON, les deux chefs de la défense se sont accordés pour dire que «le transfert de l’OPCON en décembre 2015 comme convenu est devenu en effet difficile» et se sont mis d’accord pour prendre une décision finale sur une nouvelle date du transfert au cours de la première moitié de l’année prochaine.

Le Secrétaire américain Hagel et le ministre sud-coréen Kim Kwan-jin se sont également entendus sur les concepts de base de la future structure de commandement conjoint.

Dans le cadre de cette nouvelle structure qui sera établie après le transfert de l’OPCON, un général sud-coréen prendra alors le commandement des forces américaines en cas de guerre.

«La Corée du Sud et les États-Unis ont décidé de développer une stratégie de réponse balistique globale de l’alliance face aux menaces balistiques nord-coréennes, qui permettra de détecter, défendre, perturber et détruire les missiles nord-coréens», a conclu le ministre sud-coréen de la Défense.

Pour sa part, le nouveau commandant des forces américaines en Corée (USFK), le général Curtis Scaparrotti, s’est déclaré oprêt à se battre avec la Corée du Sud contre les menaces belliqueuses de son voisin nord-coréen.


Le nouveau commandant des forces américaines en Corée (USFK), le général Curtis Scaparrotti (Vidéo: GNC)

À lire aussi:

Chuck Hagel en visite dans la zone démilitarisée séparant les deux Corées >>

 

Hagel et Dempsey assiste à une parade militaire géante à Séoul >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.