Nigeria: 19 personnes tuées dans une attaque attribuée à Boko Haram

0
Capture d'écran d'une vidéo du 25 septembre 2013 qui montrerait le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, au centre, entouré de partisans (Archives/AFP)
Capture d’écran d’une vidéo du 25 septembre 2013 qui montrerait le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, au centre, entouré de partisans (Archives/AFP)

Dix-neuf personnes ont été tuées dimanche par des hommes portant des uniformes de soldats nigérians dans une attaque attribuée toutefois au groupe terroriste Boko Haram, toujours actifs dans le nord-est du pays malgré une vaste offensive militaire, rapporte aujourd’hui l’agence France-Presse.

«Nous avons trouvé 19 cadavres sur les lieux de l’attaque menée par les hommes de Boko Haram», a déclaré à l’agence de presse Musa Abur, l’un des responsables d’une milice locale civile.

Les assaillants, circulant à moto et armés de Kalachnikovs, ont bloqué dimanche matin la route près de la ville de Logumani, à 30 km de la frontière camerounaise, tuant 19 automobilistes et brûlant trois camions.

«Cinq des victimes, dont les conducteurs et leurs assistants de deux camions ont été tués par balle, les autres ont été abattus à coup de machettes», a précisé Musa Abur.

Les assaillants avaient attaqué vendredi soir la ville frontalière de Gamboru Ngala, près de Logumani, mais ils avaient été repoussés par des soldats et des miliciens locaux, a-t-il ajouté.

Même si l’attaque n’a pas été revendiquée, le modus operandi de l’opération dont a pu témoigner un survivant porte la signature de Boko Haram.

«Ils nous ont demandé de sortir de nos véhicules et de nous allonger, face contre terre, Ils étaient neuf hommes, vêtus d’uniformes militaires», a expliqué un survivant, blessé par balle à la jambe

«Ils ont tué cinq personnes, découpé 14 autres avant de recevoir un appel téléphonique les prévenant que des soldats arrivaient. Ils nous ont alors abandonné et se sont enfuis sur leurs motos dans le bush», a-t-il ajouté.

L’armée nigériane a lancé une offensive d’envergure à la mi-mai dans le nord contre les sanctuaires de Boko Haram pour venir à bout de cette insurrection qui a fait des milliers de morts depuis quatre ans.

Cette offensive a été présentée comme un succès par le gouvernement nigérian qui s’est même vanté d’avoir éliminer les chefs du groupe extrémiste.

La réalité a bien vite démenti les déclarations du gouvernement, les attaques meurtrières de Boko Haram visant notamment la population civile se poursuivant et allant même en s’intensifiant ces derniers mois.

Le groupe extrémiste revendique la création d’un État islamique dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman, au contraire du sud, à majorité chrétienne.

Les attaques de Boko Haram et leur répression sanglante ont fait au moins 3.600 morts depuis 2009 selon l’ONG Human Rights Watch.

Des centaines de personnes sont également mortes en détention dans les geôles de l’armée, asphyxiées, affamées et assassinées depuis le lancement de l’opération militaire contre Boko Haram, selon Amnesty International.

*Avec AFP

À lire aussi:

Plusieurs centaines de prisonniers seraient morts dans les geôles de l’armée nigériane >>

 

Amnesty dénonce massacres d’enfants et «écoles assiégées» au Nigéria >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.