Pakistan: passeport pour l’exil pour l’ex-président Musharraf

0
L'ex-président pakistanais Pervez Musharraf escorté par des soldats lors de son arrivée au tribunal antiterrorisme à Islamabad, le 20 avril 2013 (Photo : Archives/Aamir Qureshi / AFP)
L’ex-président pakistanais Pervez Musharraf escorté par des soldats lors de son arrivée au tribunal antiterrorisme à Islamabad, le 20 avril 2013 (Photo : Archives/Aamir Qureshi / AFP)

La justice pakistanaise a accordé mercredi la liberté sous caution à Pervez Musharraf, une décision qui pourrait être un passeport pour un nouvel exil, permettant à l’ancien président, assigné à résidence depuis près de six mois, de quitter le Pakistan où il est accusé de meurtres, rapporte l’AFP.

L’ex-chef de l’État pakistanais, au pouvoir de 1999 à 2008, était revenu au pays à la fin mars dans l’espoir de participer aux élections législatives et de, disait-il, «sauver» le Pakistan de la crise économique et de la montée en puissance des rebelles talibans.

Il avait toutefois été vite ratrappé par la justice.

Mi-avril, M. Musharraf avait été placé en résidence surveillée dans sa villa cossue en banlieue de la capitale Islamabad, protégée par environ 300 policiers, militaires, membres des forces spéciales en raison des menaces qui pèsent sur lui.

«La Cour suprême a accordé la liberté sous caution à l’ancien président Musharraf dans l’affaire de l’ancien chef rebelle Akbar Bugti», tué dans une opération militaire en 2006, quand M. Musharraf était au pouvoir, ont annoncé mercredi ses avocats.

Il s’agissait de la seule affaire pour laquelle M. Musharraf était encore assigné à résidence.

Dès son retour, Musharraf avait été ratrappé par plusieurs affaires: le meurtre, en décembre 2007, de sa rivale d’antan Benazir Bhutto, le renvoi unilatéral de juges la même année et la mort, un an plus tôt, d’Akbar Bugti, un chef rebelle de la province du Baloutchistan (sud-ouest).

M. Musharraf avait déjà obtenu la liberté sous caution dans les deux premières affaires.

Il ne lui restait qu’à obtenir la liberté sous caution obtenir dans l’affaire concernant le chef rebelle Akbar Bugti, ce qui a été fait mercredi par l’intermédiaire de la Cour suprême en échange du versement d’une caution de deux millions de roupies (20.000 dollars), rapporte l.agence de presse, citant son avocat Ibrahim Satti.

Dorénavant, à moins le gouvernement ne lui interdise de sortir du territoire, l’ex homme fort du Pakistan, aujourd’hui âgé de 70 ans, pourrait aussi être en mesure de quitter le pays et reprendre le chemin de l’exil.

De la fin de 2008 à son retour au Pakistan au printemps dernier, Pervez Musharraf, vivait entre Londres et Dubaï, et donnait des conférences dans le monde entier.

*Avec AFP

À lire aussi:

Musharraf libéré sous caution dans l’affaire du meurtre de Benazir Bhutto >>

 

Pakistan: Pervez Musharraf inéligible à vie! >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.