RDC: la MONUSCO en «état d’alerte» devant la reprise des combats entre l’armée et le M23

0
Des troupes de la MONUSCO près de Kibumba, dans le Nord-Kivu, en RDC (Sylvain Liechti/MONUSCO)
Des troupes de la MONUSCO près de Kibumba, dans le Nord-Kivu, en RDC (Sylvain Liechti/MONUSCO)

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) est placée en état d’alerte et surveille de près la situation dans l’est de la RDC où les combats ont repris de plus belle.

La MONUSCO s’est en effet déclarée «extrêmement préoccupée» et en «état d’alerte» devant la reprise des hostilités entre les Forces armées congolaises et le groupe rebelle armé M23 dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), rapporte le service d’information de l’ONU.

La MONUSCO a effectué une reconnaissance aérienne de la zone de Kibumba et demandé que le Mécanisme conjoint de vérification étendu permette d’enquêter sur les informations faisant état d’un tir d’obus à Kageyo, au Rwanda.

«J’exhorte les deux parties à un maximum de retenue. J’appelle le M23 à retourner à la table des négociations, à Kampala », a dit le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RDC et chef de la MONUSCO, Martin Kobler, dans un communiqué de presse.

La montée des affrontements s’est produite dans le territoire de Kibumba, situé dans la province du Nord-Kivu, à 15 kilomètres au nord de Goma, où des armes lourdes ont été utilisées, y compris des tirs de mortiers et des mitrailleuses.

Déplacés par ces combats, environ 5.000 civils ont traversé ce matin la frontière pour se rendre au Rwanda, a précisé pour sa part le porte-parole du Secrétaire générale de l’ONU, Martin Nesirky.

«Nous sommes déterminés dans nos efforts visant à protéger les civils et à neutraliser tous les groupes armés en vue de rétablir la paix et la stabilité», a déclaré le Chef de la MONUSCO, Martin Kobler.

À lire aussi:

RDC: les combats se pouirsuivent entre l’armée et le M23 >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.