Syrie: la rumeur de la mort du chef d’al-Nosra lancée par la télévision syrienne

0
Le chef du front Al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani (ansarsunna)
Le chef du front Al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani (ansarsunna)

La télévision publique syrienne a annoncé vendredi soir la mort du chef du front al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani, un djihadiste qui avait fait allégeance à Al-Qaïda, rapporte l’AFP.

—–
Mise à jour au 25/10/2013 à 20h40

Le chef du front al-Nosra, Abou Mohammed al-Joulani, annoncé comme mort par la télévision publique syrienne, est en bonne santé, a déclaré samedi le front dans un communiqué.

Ce qui a été annoncé par une chaîne de télévision seulement, l’assassinat de l’émir du Front Al-Nosra, était un mensonge, a déclaré le groupe djihadiste.

La télévision publique syrienne avait annoncé vendredi soir la mort du chef du front al-Nosra, mais l’agence officielle Sana a rapidement retiré son alerte sur cette information.
—–

«Le terroriste Abou Mohammed al-Joulani, chef du front al-Nosra affilié à Al-Qaïda, a été tué dans la campagne de Lattaquié», dans l’ouest du pays, annonçait la télévision syrienne sur son site internet.

Par contre, après l’avoir annoncé elle aussi, l’agence officielle Sana a rapidement retiré cette information de son site.

Aucune confirmation n’a pu être obtenue non plus de source indépendante.

Classé «organisation terroriste» par Washington, le front al-Nosra s’est fait connaître en Syrie par des attentats suicide, avant de devenir une redoutable force armée.

En avril dernier, Abou Mohammed al-Joulani avait annoncé qu’il prêtait allégeance au chef d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, mais avait décliné le parrainage de la branche irakienne du réseau extrémiste, tout en admettant recevoir son appui militant et financier.

Le chef de «L’État islamique d’Iraq» (EII), la filiale d’Al-Qaïda en Iraq, Baker Abou al-Baghdadi, avait annoncé auparavant que le le Front al-Nosra en Syrie et son groupe fusionnaient et que les deux groupes seraient maintenant être appelés «État islamique en Iraq et dans le Levant».

Le Front djihadiste Al-Nosra avait alors tout de suite annoncé que, s’il prêtait allégeance au chef d’Al-Qaïda, il entendait garder son identité et refusait le parrainage de la branche irakienne d’Al-Qaïda.

Par ailleurs, le Front Al-Nosra et l’Émirat Islamique en Irak et au Levant, liés tous deux à Al-Qaïda, et d’autres groupes rebelles islamistes en Syrie ont annoncé le mois dernier qu’ils rompaient avec l’opposition politique modérée et qu’ils allaient dorénavant mener leur propre combat.

Al-Nosra, formé de combattants syriens et de volontaires étrangers, a pour ambition d’instaurer un État islamique dans la Syrie de l’après-Assad, ce que rejette l’Armée syrienne libre (ASL), la principale composante de la rébellion.

En mai, l’OSDH avait annoncé qu’Abou Mohammed al-Joulani avait été blessé à un pied dans un bombardement l’ayant visé dans le sud de la région de Damas.

Le front al-Nosra avait ensuite démenti l’information, tout en assurant que même si un dirigeant était blessé ou tué, la «djihad», la «guerre sainte» se poursuivrait.

Classé «organisation terroriste» par Washington, le front al-Nosra s’est fait connaître en Syrie par des attentats suicide, avant de devenir une redoutable force armée.

*Avec AFP

À lire aussi:

L’insurrection syrienne se fractionne, les djihadistes méneront leur propre combat >>

 

Le chef du groupe djihadiste Al-Nosra blessé dans un bombardement en Syrie >>

 

Fusion du front rebelle syrien al-Nousra et d’Al-Qaïda en Iraq >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.