Trois autres Casques bleus, sénégalais cette fois, tués au Darfour

0
Des soldats gambiens de la force de maintien de la paix de l'ONU au Darfour, l'UNAMID, escortent un visiteur jusqu'au quartier général de la mission, à El Fasher, au Darfour du Nord, en novembre 2011 (Photo: Archives / ONU)
Des soldats de la force de maintien de la paix de l’ONU au Darfour, l’UNAMID, escortent un visiteur jusqu’au quartier général de la mission, à El Fasher, au Darfour du Nord, en novembre 2011 (Photo: Archives/ONU)

Trois Casques bleus sénégalais membres de la mission conjointe ONU-Union africaine au Darfour (Minuad) ont été tués dimanche matin dans une embuscade près d’El Geneina, capitale du Darfour-ouest, a annoncé l’ONU.

Un autre Casque bleu sénégalais été blessé dans l’attaque, menée par des hommes armés non identifiés, a précisé la mission dans un communiqué.

Les victimes faisaient partie d’une équipe de police de la Minuad qui escortait un convoi depuis El Geneina jusqu’au quartier général de la Minuad.

Les attaquants se sont emparés d’un véhicule qui a été retrouvé à 7 km du lieu de l’embuscade.

L’attaque s’est produite sur une route où avait déjà eu lieu une attaque meurtrière le 3 octobre 2012, qui avait couté la vie à quatre soldats nigérians.

Le chef de la Minuad, Mohamed Ibn Chambas, a fermement condamné cette agression et a demandé au gouvernement soudanais de tout faire pour traduire en justice les responsables de tels crimes, ajoute le communiqué.

Il a félicité les forces de sécurité soudanaises qui ont poursuivi les assaillants, provoquant un échange de tirs qui a fait des victimes des deux côtés.

Il s’agit de la deuxième attaque contre la Minuad en trois jours. Un observateur militaire zambien membre de la mission avait été tué vendredi à El Fasher (nord du Darfour).

Les violences entre tribus et contre la Minuad se sont aggravées cette année au Darfour (ouest du Soudan), théâtre d’un conflit dévastateur depuis que des tribus locales se sont soulevées il y a dix ans contre les autorités de Khartoum.

L’attaque la plus meurtrière contre les Casques bleus de la Minuad avait fait huit morts — sept soldats tanzaniens et un policier sierra-léonais — et 16 blessés, le 13 juillet, près d’une base de la Minuad au nord de Nyala, une des principales villes du Darfour.

À lire aussi:

Un observateur militaire de la MINUAD assassiné au Darfour >>

Les commentaires sont fermés.