USA: une puissante commission du Sénat s’oppose à l’espionnage de dirigeants amis

0
La Sénatrice démocrate de Californie, Dianne Feinstein (StrategicConcerns)
La Sénatrice démocrate de Californie, Dianne Feinstein (Archives/StrategicConcerns)

La responsable de la puissante commission du Renseignement du Sénat américain a indiqué lundi être farouchement opposée à l’espionnage de dirigeants alliés des États-Unis et va lancer un réexamen majeur des opérations américaines d’espionnage.
—-
Mise à jour au 29/10/2013

Confrontée à la colère des Européens qui ne faiblit pas, la Maison Blanche a promis d’essayer de contenir les activités d’espionnage des services de renseignement américains, et le président Barack Obama envisagerait d’interdire les écoutes de dirigeants alliés.

«Il y a des efforts en cours pour améliorer la transparence et travailler avec le Congrès […] afin de trouver les moyens de mieux contrôler et contenir les institutions impliquées dans les programmes » d’espionnage, a affirmé de son côté le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

—-

«Il m’apparaît clairement que certaines activités de surveillance ont été menées pendant plus de 10 ans sans que la commission sénatoriale sur le Renseignement n’en soit informée de manière satisfaisante», a déclaré la démocrate Dianne Feinstein. «Le Congrès a besoin de savoir exactement ce que notre communauté du renseignement fait», a-t-elle ajouté. «À ce titre, la commission va lancer un réexamen majeur de tous les programmes d’espionnage.»

«En ce qui concerne la collecte de renseignement sur les dirigeants des alliés des États-Unis –dont la France, l’Espagne, le Mexique et l’Allemagne– je le dis sans équivoque: j’y suis farouchement opposée.»

«À moins que les États-Unis ne soient engagés dans un conflit avec un pays ou qu’il y ait un besoin urgent pour ce type de surveillance, je ne pense pas que les États-Unis devraient recueillir des données sur les appels téléphoniques ou les emails de présidents ou de Premiers ministres amis», a poursuivi l’influente sénatrice démocrate.

«D’après les éléments dont je dispose, le président Obama n’était pas informé du fait que les communications de la chancelière Angela Merkel étaient recueillies depuis 2002», «C’est un gros problème», a-t-elle ajouté.

La tempête provoquée par une cascade de révélations sur les écoutes de l’Agence nationale de sécurité (NSA) en Europe n’avait pas faibli lundi en Espagne, où selon le quotidien espagnol El Mundo, plus de 60 millions d’appels téléphoniques ont été espionnés en un mois, mais aussi en Allemagne, où les révélations sur l’espionnage présumé d’un téléphone portable de la chancelière ont créé un choc.

La Maison Blanche, réagissant aux déclarations de Mme Feinstein, a souligné qu’elle était en contact régulier avec elle.

Mais la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Caitlin Hayden, a dit refuser de rentrer dans les détails de discussions privées ou de commenter des affirmations dans le communiqué de la sénatrice sur des activités américaines de renseignement à l’étranger.

À lire aussi:

Espionnage: offensive diplomatique de l’Allemagne, déçue par par les États-Unis >>

 

Espionnage: Obama savait-il que Merkel était ecoutée? >>

Les commentaires sont fermés.