Vancouver Shipyards construira les navires de soutien interarmées avant le brise-glace polaire

1
Le NCSM Preserver ravitaillant la frégate américaine USS Ingraham en mer d'Arabie en novembre 2001dans le cadre de l'opération Apollo, la participation militaire canadienne dansla campagne internationale contre le terrorisme (Photo: caporal Brian Walsh, CombatCam)
Le NCSM Preserver ravitaillant la frégate américaine USS Ingraham en mer d’Arabie en novembre 2001dans le cadre de l’opération Apollo, la participation militaire canadienne dansla campagne internationale contre le terrorisme (Archives/Caporal Brian Walsh/Combat Camera)

Ça y est, la décision est prise! Les navires de soutien interarmées de la Marine royale canadienne passeront avant le brise-glace de la Garde côtière.

Le Secrétariat de la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (SNACN) a annoncé aujourd’hui que Vancouver Shipyards amorcera les travaux de construction des navires de soutien interarmées, suivis par la construction du brise-glace polaire Diefenbaker.

Ces grands navires font partie du lot non destiné au combat dans le cadre de la SNACN.

Les navires de soutien présentement en service, les NCSM Protecteur et Preserver ont 50 ans bien sonnés.

Compte tenu de l’âge de ces vénérables navires et de l’impossibilité de mener les deux projets de front, la plupart des observateurs s’attendaient donc à ce que la construction des navires de soutien interarmées ait préséance sur celle du brise-glace qui ne devrait alors être mis en service qu’en 2020.

Ce n’est qu’en février 2013 qu’Ottawa annonçait des contrats préliminaires visant l’élaboration des options en lien avec la conception des navires de soutien interarmées et le début de l’examen de la conception du brise-glace polaire.

C’est ainsi que la mise en chantier des navires de soutien ne devrait débuter qu’à la fin de 2016 pour se terminer en 2019.

Comme le Preserver et le Protecteur devront prendre leur retraite en 2016-2017, le Canada se retrouvera sans navires de soutien pour une période de deux ans pendant laquelle il devra compter sur ses alliés.

Pendant cette période, le Canada sera donc dans l’impossibilité de mener des opérations autonomes.

La décision repose, explique Travaux Publics Services Gouvernementaux Canada (TPSGC), sur une analyse approfondie tenant notamment compte de l’état de préparation quant à la conception de chaque navire, de l’optimisation du calendrier, des coûts des projets et des risques liés à l’échéancier de livraison des navires.

L’analyse a aussi porté sur les répercussions opérationnelles, comme les lacunes en matière de capacité de programme ainsi que les coûts éventuels de prolongation de la vie utile ou de carénage des navires existants.

Le Secrétariat de la SNACN a aussi recueilli les commentaires de Vancouver Shipyards, ainsi que de First Marine International et de KPMG en tant que sociétés d’experts-conseils indépendantes, souligne aussi le communiqué de TPSGC.

Quant à la Garde côtière canadienne, elle devra donc mettre en place en place les mesures nécessaires afin de garder au-delà de 2017 le CCGS Louis S. St-Laurent

Ces mesures pour garder le Louis S. St-Laurent en service jusqu’à ce que le brise-glace polaire soit livré devraient coûter environ 55 millions $.

La question «qui tue» maintenant est «Une meilleure planification aurait-elle pu éviter d’avoir à sacrifier la réalisation immédiate d’un projet nécessaire et urgent à la réalisation d’un autre projet tout aussi urgent et nécessaire?»

À lire aussi:

Contrats préliminaires pour le nouveau brise-glace polaire et les navires de soutien >>

 

Projets de construction navale: le gouvernement prendra une décision cet automne >>

 

Ottawa choisit KPMG comme «tiers expert» pour sa Stratégie de construction navale >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire

  1. Jamais vue un gouvernement aussi stupides pour prendre des décisions logique enfin les navires de ravitaillement vont être construit en premier et non le brise glace surtout que le Preserver porte bien son nom mais il a une fin et vous pouvez attendre pour le brise glace avec les records de chaleur de notre climat. Je ne suis pas pressé de le construire ce brise glace passons plutôt aux frégate elles sont urgentes pensons aux FREMM