Le Canada promet 10 millions $ pour lutter contre les bombes à sous-munitions

Le ministres canadien des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse, le 26 août 2013 (Photo: 45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le ministres canadien des Affaires étrangères lors d'une conférence de presse, le 26 août 2013 (Photo: 45eNord.ca)
Le ministres canadien des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse, le 26 août 2013 (Archives/45eNord.ca)

Le ministre des Affaires étrangères John Baird a annoncé qu’il allait consacrer 10 millions $ au cours des 18 prochains mois pour aider à mettre fin aux tragédies causées par les bombes à sous-munitions.

M. Baird a pris cet engagement lors de son témoignage devant le Comité des Affaires étrangères de la Chambre des communes.

«Permettez moi de dire clairement et sans équivoque que le gouvernement du Canada s’est engagé à débarrasser le monde des [bombes à] sous-munitions, et le projet de loi C-6 est déjà un premier pas important, mais ce n’est que le début», a indiqué le ministre.

Le comité examine un projet de loi très critiquée, (la Loi de mise en oeuvre de la Convention sur les armes à sous-munitions)  qui ratifie la participation du Canada dans le traité international visant à interdire les bombes à sous-munitions mortelles, une arme qui tue et mutile des civils innocents des décennies après leur utilisation.

Malgré cet engagement, John Baird a défendu la clause dite d’interopérabilité du projet de loi car selon lui des membres des Forces armées canadiennes doivent participer à des opérations conjointes avec les États-Unis, qui ont choisi de ne pas signer le traité.

«La collaboration du Canada avec les États-Unis sur le plan de la défense revêt plusieurs formes […] et il ne fait aucun doute que cette alliance est tout à fait essentiel pour nos besoins en matière de défense», a rappelé M. Baird.

La clause a ouvert le Canada à de nombreuses critiques, notamment le Comité international de la Croix-Rouge – normalement neutre -, comme quoi la clause édulcore la Convention sur les armes à sous-munitions.

Le porte-parole libéral en matière d’affaires étrangères, Marc Garneau, a déclaré que la position du gouvernement était moralement ambigu.

Mi-octobre, le ministre Baird avait annoncé le soutien d’un million $ pour deux projets visant à éliminer les munitions non explosées au Laos.

À lire aussi:

Le Canada, seul pays de l’OTAN à ne pas avoir signé le traité sur les armes conventionnelles >>