Les Conservateurs doivent en faire davantage pour appuyer nos anciens combattants

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le Jour du souvenir nous offre l’occasion de nous recueillir et de rendre hommage à toutes ces femmes et ces hommes qui ont défendu le Canada avec courage et bravoure au cours de missions de maintien de la paix, de sauvetage et de secours, dans deux guerres mondiales et dans les guerres en Corée et en Afghanistan.

Malheureusement, le gouvernement conservateur de Stephen Harper ne semble pas prendre ses responsabilités au sérieux face à nos anciens combattants. Même s’il répète sur toutes les tribunes qu’il défend les intérêts de nos soldats et de nos anciens combattants, force est de constater que les actes sont plus éloquents que les paroles, et qu’ils ont failli à la tâche.

Depuis un certain temps en effet, une véritable culture du refus s’est installée au Tribunal des anciens combattants, au point où nombre d’entre eux sont obligés d’entamer des recours collectifs simplement pour faire valoir leurs droits. Pourquoi les anciens combattants devraient-ils aller en cour pour obtenir ce qui leur revient?

Et aujourd’hui, nous apprenons l’existence d’une politique honteuse du gouvernement conservateur visant à exclure délibérément des rangs les soldats blessés avant qu’ils aient accumulé dix années de services… simplement pour les empêcher de devenir admissibles à la pension complète et à une retraite décente.

Depuis que ce gouvernement est au pouvoir, le pourcentage de soldats qui sont libérés pour des raisons médicales avec moins de 10 années de service est passé de 10 % à 16 % en dix ans. Est-ce cela défendre les intérêts des membres de nos Forces? Est-ce cela honorer le travail essentiel de nos soldats? Est-ce cela gouverner de façon responsable?

Au NPD, nous croyons que le gouvernement canadien a un devoir sacré de respect et de protection envers tous les membres des Forces canadiennes, actifs, blessés, ou à la retraite. Nous devons nous assurer qu’aucun ancien combattant ne vive en situation d’itinérance, et faire en sorte que tous ceux qui nécessitent de l’aide psychologique la reçoivent en temps opportun.

Équilibrer le budget est un objectif qui ne doit pas se faire sur le dos de nos soldats blessés. Et je me fais un devoir de le leur rappeler.