Les Nord-Coréens arrachent une «confession» à un visiteur américain de 85 ans

Photo en date du 9 novembre 2013 fournie le 30 novembre 2013 par KCNA de l'Américain Merrill Newman à Pyongyang
Temps de lecture estimé : 5 minutes
Photo en date du 9 novembre 2013 fournie le 30 novembre 2013 par KCNA de l'Américain Merrill Newman à Pyongyang
Photo en date du 9 novembre 2013 fournie le 30 novembre 2013 par KCNA de l’Américain Merrill Newman à Pyongyang

La Corée du Nord, confirmant samedi qu’elle détenait un Américain accusé d’«actes hostiles», a publié une «confession» écrite et des excuses qu’elle a réussi à arracher au vétéran américain âgé de 85 ans qu’elle détient maintenant depuis plus d’un mois.

Merrill Newman a été arrêté en octobre après être entré sur le territoire nord-coréen «sous l’apparence d’un touriste», écrit l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

Voici le texte de la lettre publiée par les autorités nord-coréennes dans laquelle le vétéran de 85 ans, aux mains des Nord-Coréens depuis le 26 octobre, confessent de soi-disant crimes de guerre remontant au conflit vieux de plus de 60 ans. Les autorités nord-coréennes sont aussi parvenus à lui faire dire que le but de sa visite cette année en Corée du Nord était de s’y livrer à des menées subversives.

Le vieil homme a été amené à écrire «Durant la guerre de Corée, je me suis rendu coupable d’une longue liste de crimes qu’on ne peut effacer contre le gouvernement de la Corée du Nord et le peuple coréen», dans cette lettre curieusement rédigée en mauvais anglais.

La confession arrachée à Merill Newman se termine, après des excuses «à genoux», par l’engagement, s’il rentre un jour aux États-Unis, de dire aux Américains à quel point la Corée du Nord est la victime de «propagande mensongère».

Bien que ces aveux arrachés au frêle vétéran après plus d’un mois de détention n’aient aucune valeur, le texte de la «lettre de confession » signée par Newman nous permet de voir comment Pyongyang instrumentalise des affaires fabiquées de toutes pièces aux fins de propagande ou de marchandage avec les États-Unis, n.hésitant pas, au passage, à s’en prendre à des visiteurs étrangers.

I am Merrill Newman living in California, USA.

During the Korean War, I have been guilty of a long list of indelible crimes against DPRK government and Korean people as advisor of the Kuwol Unit of the UN Korea 6th Partisan Regiment part of the Intelligence Bureau of the Far East Command.

As I gave 300 people with barbarity gone to the South who had ill feelings toward the DPRK from Chodo military education and guerilla training they later did attack against the DPRK although the armistice was signed.

I also gave 200 soldiers under my command in Mt. Kuwol the task to harass the rear base such as collecting information on the movement and the arm equipment in KPA, attacking and destruction on the communication system, the rice storage, railroad and munitions train by dispatching the several elements to Hwanghae Province Area.

According to my order they collected information of the KPA and attacked the communication system and killed 3 innocent operators, delayed the munitions supply using explosives obtained from attacking the mine and they attacked the KPA and harassing operations of the rear base 10 times in the Hwanghae Province Area.

They killed about 50 soldiers in the process of the operation. In the process of following tasks given by me I believe they would kill more innocent people.

As I killed so many civilians and KPA soldiers and destroyed strategic objects in the DPRK during the Korean War, I committed indelible offensive acts against the DPRK government and Korean people.

Although 60 years have gone by, I came to DPRK on the excuse of the tour as a member of 33 Tour Group from U.S. on October 17, 2013.

Shamelessly I had a plan to meet any surviving soldiers and pray for the souls of the dead soldiers in Kuwol Mt. during the Korean war. Following the itinerary I asked my guide to help me look for the surviving soldiers and their families and descendents because it was too hard for me to do myself.

If I had the opportunity to visit Kuwol Mt. I was going to pray for the souls of dead soldiers. If I saw surviving soldiers in Mt. Kuwol, I was going to connect them with the members of the Kuwol Partisan Comrades-in-Arms Association which I had already connected with, anti-Communist strategic plot organization.

All the members of the Kuwol Partisan Comrades-in-Arms Association escaped from the DPRK to South Korea. So I asked the guide to help me to look for their families and relatives living in DPRK and I gave the document written with their address and e-mail address to the guide in the Yanggakdo Hotel.

I also brought the e-book criticizing the Socialist DPRK on this trip and criticizing DPRK.

Although I committed the indelible offensive acts against the Korean people in the period of the Korean War, I have been guilty of big crimes against the DPRK government and Korean People again.

I realize that I cannot be forgiven for my offensives but I beg for pardon on my knees by apologizing for my offensives sincerely toward the DPRK government and the Korean people and I want not punish me.

Please forgive me.

I will never commit the offensive act against the DPRK Government and the Korean People again.

On this trip I can understand that in US and western countries there is misleading information and propaganda about DPRK.

If I go back to USA, I will tell the true features of the DPRK and the life the Korean people are leading.

Merrill Newman
Nov 9, 2013

L’épouse de l’ancien combattant avait lancé un appel lundi à sa libération pour la fête de Thanksgiving, qui a eu lieu jeudi aux États-Unis.

Sa femme, Lee, avait aussi expliqué que son mari souffrait de problèmes de coeur et avait besoin de soins, précisant que sa famille lui avait envoyé un paquet contenant des médicaments –le deuxième depuis le début de sa détention– dans l’espoir qu’il puisse lui parvenir rapidement.

La semaine dernière, le secrétaire d’État américain John Kerry avait appelé Pyongyang à libérer le prisonnier, affirmant que son incarcération relevait «des choix irréfléchis de la Corée du Nord».

L’affaire Kenneth Bae

Ce n’est pas la première fois que la Corée du Nord s’en prend à un citoyen américain en visite sur son territoire.

Kenneth Bae, un Américain d’origine coréenne détenu depuis novembre dernier pour avoir pris des photos d’enfants en train de mendier, alors qu’il était en Corée du Nord pour le compte d’un voyagiste, avait été condamné jeudi 2 mai à 15 ans de camp de travail pour «actes hostiles» envers le régime communiste.

L’agence officielle nord-coréenne, KCNA, avait rapporté à l’époque qu’il avait «avoué les délits d’avoir entretenu de l’animosité contre la République populaire démocratique de Corée et tenté de renverser» le régime.

En août dernier, l’ambassadeur américain Robert King, qui avait réussi en mai 2010 à obtenir la libération d’un autre citoyen américain d’origine coréenne, Eddie Jun (de son nom coréen, Jun yong-su), qui était détenu par le Nord depuis novembre 2010, devait se rendre à Pyongyang pour tenter cette fois d’obtenir la libération de Bae, mais, cette fois, le diplomate a échoué.

Si les Nords-Coréens croient obtenir quelqu’avantage que ce soit par le chantage ou la menace, la conseillère à la Sécurité nationale du président américain, Susan Rice, a déclaré quant à elle le 20 novembre que Pyongyang continuera de payer un coût significatif pour ses provocations.

À lire aussi:

L’émissaire américain Robert King se rendra à Pyongyang pour obtenir la libération de Kenneth Bae >>

 

La Corée du Nord reconnaît détenir un Américain de 85 ans, selon Washington >>

 

La Corée du Nord continuera de payer pour ses provocations, prévient Susan Rice >>