Nigeria: Boko Haram revendique la mort des 35 personnes retrouvées en uniforme à Damaturu

Les forces armées nigérianes tentent actuellement d'encercler les islamistes de Boko Haram dans l'est du Nigéria (Photo: Archives/Gabonews)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Capture d'écran d'une vidéo du 25 septembre 2013 qui montrerait le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, au centre, entouré de partisans (Archives/AFP)
Capture d’écran d’une précédente vidéo du 25 septembre 2013 qui montrerait le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau, au centre, entouré de partisans (Archives/AFP)

Le chef du groupe islamiste Boko Haram, Abubakar Shekau, a revendiqué dimanche dans une vidéo la mort de 35 personnes, retrouvées avec des uniformes militaires, le 24 octobre dans la ville de Damaturu (nord-est du Nigeria), rapporte l’AFP.

«Regardez ce qui est arrivé à Damaturu (capitale de l’État de Yobe), déclare le chef de Boko Haram, «Nous les avons tués de nos propres mains»,

«Nous avons mené les attaques à Damaturu», affirme -t-il dans cette vidéo quMa pu visionner l’agence française, mais dont dont l’authenticité n’a pas encore pu être confirmée dans l’immédiat par des sources indépendantes.

Le 26 octobre, l’hôpital de Damaturu avait reçu 35 cadavres, vêtus d’uniformes militaires après des attaques islamistes contre les forces de l’ordre dans cette ville, selon une source hospitalière.

De plus, 20 soldats blessés avaient été admis à l’hôpital de Jos (centre) pendant la même période, souffrant de «blessures par balles reçues lors de la bataille contre Boko Haram.

Il n’était pas parfaitement clair à ce moment là si les morts étaientde rebelles ou de soldats, puisque les insurgés de Boko Haram se déguisent habituellement en militaires.

Le porte-parole de l’armée dans l’État de Yobe où s’est produit l’attaque, Lazarus Eli, n’avait toutefois pas nié les informations selon lesquelles des soldats avaient été tués lors des affrontements entre les forces de l’ordre et des membres présumés de Boko Haram.

Les attaques perpétrées à Damaturu étaient les premières d’envergure menées par le groupe Boko Haram dans une grande ville du Nigeria depuis plusieurs semaines.

Selon la police et des habitants, des insurgés du groupe islamiste Boko Haram étaient arrivés en grand nombre jeudi en fin de journée à Damaturu, à bord de véhicules et à pied. Munis d’armes et d’explosifs, ils avaient brûlé quatre postes de police puis affronté les forces de l’ordre jusque tard dans la nuit.

Yobe est un des trois États du nord-est où le président Goodluck Jonathan a décrété un état d’urgence en mai. L’armée y a lancé une vaste offensive afin de venir à bout de l’insurrection islamiste qui déstabilise la région depuis quatre ans.

Les attaques de Boko Haram et leur répression sanglante ont fait au moins 3.600 morts depuis 2009, selon l’ONG Human Rights Watch.

Boko Haram revendique la création d’un Etat islamique dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman, alors que le sud est principalement chrétien.


Boko Haram continue à faire régner la terreur (VidéoL jewish News One)

*Avec AFP

À lire aussi:

Un hôpital du Nigeria reçoit 35 cadavres «en uniforme» après une attaque islamiste >>