Opération ATTENTION: bientôt mission accomplie, dit le lieutenant-général Beare

0
Photo de groupe des forces de la coalition du Canada, des États-Unis, de la Turquie, de la Roumanie et de la Croatie participant à la Contribution du Canada à la mission de formation en Afghanistan, au camp Blackhorse, à Kaboul (Afghanistan), le 27 septembre 2013, dans le cadre de l’opération Attention (Caporal-chef Frieda Van Putten/FAC)
Photo de groupe des forces de la coalition du Canada, des États-Unis, de la Turquie, de la Roumanie et de la Croatie participant à la Contribution du Canada à la mission de formation en Afghanistan, au camp Blackhorse, à Kaboul (Afghanistan), le 27 septembre 2013, dans le cadre de l’opération Attention (Caporal-chef Frieda Van Putten/FAC)

À l’approche de la fin de l’opération Attention en mars 2014, le lieutenant-général Stuart Beare, commandant du Commandement des opérations interarmées du Canada, a adressé vendredi 29 novembre un message à toutes les personnes déployées actuellement dans le cadre de la rotation (Roto) 3 de l’opération Attention. Nous le reproduisons ici intégralement.

«Nous nous approchons rapidement de mars 2014, date à laquelle notre engagement militaire en Afghanistan prendra fin. Vous faites partie de la dernière rotation du déploiement des Forces armées canadiennes dans le cadre d’une mission qui a duré plus de douze ans.

Comme tous ceux et celles qui vous ont précédés, vous avez fait un travail extraordinaire.

En octobre, 268 membres des FAC sont rentrés à la maison parce que leur travail était terminé. Les Afghans avec qui ils ont travaillé ont démontré leur capacité de diriger et de mener leur instruction de façon autonome.

Un autre groupe de 360 d’entre vous rentreront au bercail en décembre et au début de janvier dans le cadre de la seconde phase du redéploiement de la rotation 3. Le reste vous rejoindra au fil des mois suivants.

Vous pouvez être fiers de tout ce que vous avez accompli au cours des derniers mois. Vous faites partie de notre héritage commun en Afghanistan, un héritage qui a vu nos forces répondre à la menace dans ce pays au sein d’une coalition d’alliés en 2001. Depuis, nos forces ont mené des opérations de combat au besoin, ont collaboré avec nos partenaires pangouvernementaux pour construire et jeter les bases de l’État afghan et ont offert leur aide en matière d’instruction aux membres des Forces de sécurité nationale afghanes (FSNA), la dernière étape pour leur permettre d’être bien préparés et en mesure d’assurer leur propre sécurité.

Ceux et celles d’entre vous qui demeurez en Afghanistan devrez empaqueter notre équipement et préparer nos membres du personnel à rentrer au pays d’ici le 31 mars 2014, alors que d’autres continueront de promulguer des conseils en matière d’instruction au niveau ministériel jusqu’à cette date. Continuez votre travail acharné et n’abandonnez pas jusqu’à la fin de la mission. Je suis persuadé que vous y arriverez.

Le redéploiement des membres de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) se poursuivra à l’échelle de l’Afghanistan en 2014. La réduction internationale des forces est liée directement à la croissance des FSNA en matière de qualité et de nombre. Il s’agit d’une évolution naturelle du processus de transition : au fur et à mesure que les Afghans assument la responsabilité par rapport à leur sécurité, nous pouvons réduire graduellement notre présence en Afghanistan.

La transition de nos forces à leurs forces est notre but ultime, et nous constatons des résultats tangibles après plus d’une décennie de travail.

Les forces de sécurité afghanes assument la responsabilité en matière de sécurité à l’échelle de leur pays depuis juin, quand toutes les provinces sont entrées dans le processus de transition.

Aujourd’hui, environ 345 000 Afghans planifient, dirigent et mènent des opérations de sécurité à l’échelle du pays, en plus de diriger et d’offrir 90 % de l’instruction de façon autonome. L’Aviation afghane dispose maintenant d’une centaine d’aéronefs à voilure fixe et tournante qui peuvent soutenir les FSNA sur le terrain en menant des extractions d’urgence, des évacuations d’urgence de blessés et de la reconnaissance aérienne.

Aux côtés de nos partenaires des autres ministères canadiens et de nos alliés internationaux, nous avons établi les conditions du succès. Nous avons travaillé sans relâche pour aider les Afghans à créer un pays fort et sécuritaire.

Notre mission prendra fin en mars 2014, mais il n’en sera pas de même du soutien du Canada. Nous avons promis du soutien financier au fil des prochaines années en vue d’aider les FSNA, et nous conserverons nos relations diplomatiques par l’entremise de notre ambassade à Kaboul. Nous aiderons ainsi à maintenir les gains réalisés grâce aux efforts, aux compétences et aux sacrifices de nos troupes canadiennes, en plus d’aider les Afghans à reconstruire l’Afghanistan pour en faire un pays viable mieux gouverné, plus stable et plus sécuritaire.

Les Afghans ont confiance en la capacité de leurs forces de sécurité de relever les défis de l’avenir. Vous leur avez fourni les outils nécessaires pour progresser, et il leur incombera bientôt d’offrir la stabilité et les progrès auxquels la population afghane s’attend et a droit.

À tous ceux et celles qui rentrent au foyer, je vous remercie et je vous souhaite bonne chance alors que vous vous préparez à rejoindre votre famille et vos amis. À ceux et celles qui porteront le flambeau jusqu’à la fin, continuez le travail absolument remarquable que vous et toute l’équipe effectuez en notre nom à tous.

Je vous remercie tous et toutes pour votre service et vos sacrifices et je transmets mes meilleurs vœux à tout le monde, y compris à nos familles, particulièrement à l’approche de Noël.»

À lire aussi:

Canadiens en Afghanistan: qu’est-ce que l’Opération Attention? (PHOTOS) >>

 

Opération Attention en Afghanistan: comment on créer un bataillon? >>

 

Opération Attention: douce transition au Centre d’entraînement militaire de Kaboul (PHOTOS/VIDÉO) >>

 

Opération Attention en Afghanistan: la formation d’un soldat (PHOTOS/VIDÉO) >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Répondre