Égypte: au moins 14 morts et 130 blessés dans l’explosion du QG de la police à Mansoura

Des attentats meurtriers à la voiture piégée ont frappé mardi matin, dans la ville de Mansoura, le siège de la Sûreté égyptienne de la province de Daqahliya, faisant au moins 14 morts et 130 blessés (Twitter @Wa7ed_Sa_Ye3)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Des attentats meurtriers à la voiture piégée ont frappé mardi matin, dans la ville de Mansoura, le siège de la Sûreté égyptienne de la province de Daqahliya, faisant au moins 14 morts et 130 blessés (Twitter @Wa7ed_Sa_Ye3)
Des attentats à la voiture piégée ont frappé mardi matin, dans la ville de Mansoura, le siège de la Sûreté égyptienne de la province de Daqahliya, faisant au moins 14 morts et 130 blessés (Twitter @Wa7ed_Sa_Ye3)

Des attentats à la voiture piégée ont frappé mardi matin, dans la ville de Mansoura, le siège de la Sûreté égyptienne de la province de Daqahliya, faisant au moins 14 morts et 130 blessés dans ce que semble être la pire attaque terroriste depuis la chute de président islamiste Mohamed Morsi en juillet dernier, rapporte la presse égyptienne.
—–
Mise à jour au 25/12/2013

Comme on le soupçonnait, c’est le groupe Ansar Beit al-Maqdis, lié idéologiquement à Al-Qaïda, qui a revendiqué mercredi l’attentat suicide à la voiture piégée dont le bilan s’élève finalement à 15 morts.

Ce groupe, aussi connu sous le non d’Ansar Jerusalem, a revendiqué dans le passé la responsabilité de plusieurs attaques, y compris la tentative d’assassinat du ministre de l’Intérieur égyptien, Mohamed Ibrahim, en septembre dernier.

Ce groupe, a établi sa base dans le Nord-Sinaï où l’armée ne parvient pas à venir à bout des combattants islamistes qui s’y sont installés et y multiplient les attaques.

—-

La majorité des victimes sont des policiers, a déclaré Omar al-Chaouatfy, gouverneur de cette province du delta du Nil.

Le chef de la direction de la sûreté de Mansoura était parmi les blessés, a aussi indiqué le gouverneur de la province à la télévision d’État égyptienne.

Le bilan des morts et des blessés devrait encore s’alourdir, les médias égyptiens rapportant que, selon le ministère égyptien de la Santé, des blessés se trouvent encore à l’intérieur du bâtiment dévasté par l’attaque à la voiture piégée au moment d’écrire ces lignes.

Al Arham disait de son côté tenir d’une source qui désire rester anonyme que deux bombes ont explosé presque en même temps. La première bombe, affirme le quotidien progouvernemental égyptien, a été placée sur un étage supérieur dans le bâtiment et la seconde dans une voiture près de la direction de la Sûreté .

Toujours selon la source du quotidien, une troisième bombe placée dans une autre voiture a pu être désamorcée.

Le Premier ministre égyptien Hazem El – Beblawi a promis pour sa part de traquer les auteurs de l’explosion, disant l’attaque visait à entraver la transition démocratique.

Cet attentat et cette déclaration interviennent à trois semaines du référendum constitutionnel, censé constituer la première étape de la « transition démocratique » promise par l’armée lorsqu’elle a arrêté et destitué le président Mohammed Morsi le 3 juillet.

Les Frères musulmans ont appelé à boycotter ce référendum.

«Le Premier ministre Hazem Beblawi a déclaré les Frères musulmans organisation terroriste», a indiqué son conseiller Chérif Chawqi à l’agence officielle Mena.

Les nouvelles autorités égyptiennes accusent la confrérie d’aider et de financer les auteurs d’attaques contre les forces de l’ordre. Ces agressions sont devenues quasi-quotidiennes depuis le début de l’été.

Beblawi a toutefois refusé plus de confirmer que l’Égypte a décidé de désigner les Frères musulmans comme un groupe terroriste , nuançant la déclaration que lui attribuait son conseiller en affirmant plutôt que «Celui qui est derrière cet acte est un terroriste et sera traduit en justice et punis conformément à la loi . Mais je ne veux pas anticiper les incidents».

Transition démocratique contre attentats terroristes

La phase finale de la feuille de route de l’Égypte doit débuter le mois prochain lors d’un référendum sur la nouvelle constitution qui sera suivi par des élections législatives et présidentielles .

Les attentats se sont multipliés depuis la chute du président islamiste le 3 juillet dernier.

Le 24 juillet, un engin explosif a explosé à un poste de police près de la Direction de la Sûreté à Mansoura , tuant au moins un conscrit et en blessant 19.

Le 5 septembre, le ministre égyptien de l’Intérieur, Mohamed Ibrahim , a survécu à une tentative d’assassinat quand une bombe a explosé près de son convoi dans le nord du Caire.

De nombreux postes de police ont également été attaqués à travers le pays au lendemain de la répression sanglante des pro-Morsi au Caire en août.

Des groupes djihadistes, dont certains liés à Al-Qaïda, revendiquent régulièrement des attentats contre la police et l’armée, dont plusieurs à la voiture piégée.

Le groupe islamiste Ansar Jérusalem, connu aussi sous le nom de Ansar Beit al-Maqdis a revendiqué pour sa part la responsabilité de plusieurs de ces attaques, y compris la tentative d’assassinat du ministre de l’Intérieur.


Des attentats meurtriers à la voiture piégée ont frappé mardi matin, dans la ville de Mansoura, le siège de la Sûreté égyptienne à Mansoura (Vidéo: Moustapha Enaldi)