L’importance de réaffirmer notre engagement envers les vétérans dans le Nouvel an

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le gouvernement de Stephen Harper a cafouillé à maintes reprises quand vient le temps de répondre adéquatement aux besoins pressants de nos anciens combattants. En fait, après huit ans au pouvoir, force est de constater que les conservateurs refusent encore d’assumer leurs responsabilités envers les membres des Forces canadiennes.

En raison de l’ingérence des conservateurs et de leurs nominations partisanes, une culture de refus s’est infiltré au Tribunal des anciens combattants, dénaturant l’existence même de cette institution, tout en empêchant plusieurs vétérans de recevoir les prestations auxquelles ils ont droit. Le NPD l’a réclamé haut et fort sur plusieurs tribunes — nous devons absolument instaurer une nouvelle institution qui sera compétente et indépendante de l’interférence du gouvernement.

Et c’est sans parler du sérieux manque de ressources au sein de l’Unité interarmées de soutien du personnel (UISP). Ce gouvernement sabre les budgets et force tout le monde à faire plus avec moins. Équilibrer le budget est un objectif louable, mais pas si c’est réalisé en coupant les vivres à nos anciens combattants. Comment peuvent-ils justifier cette approche si nos vétérans en font les frais?

L’année 2013 a été très éprouvante, tant pour les vétérans que pour leurs familles. Cette triste période a mis à la lumière non seulement les situations extrêmement difficiles auxquelles les vétérans doivent faire face, mais aussi sur le manque d’engagement du gouvernement fédéral actuel.

Selon un rapport récent de la Bibliothèque du Parlement, jusqu’à 5.900 nouveaux anciens combattants seront touchés par une maladie psychologique dans les prochaines années et au moins 2750 devront vivre avec une forme sévère de TSPT. Nous devons augmenter et non réduire les ressources pour assurer que nos soldats, une fois revenus au Canada, puissent réintégrer la société et recevoir des traitements pour des problèmes de santé physique et mentale.

En 2014, le NPD va continuer à travailler sans relâche afin que le gouvernement mette en place une meilleure structure institutionnelle et administrative, ainsi qu’un financement adéquat pour nos anciens combattants.