Un programme qui échappe aux coupes: 150.000 caleçons et 30.000 culottes

0
La Marine royale du Canada cherche à acheter 180 000 paires de sous-vêtements légers, gris, permettant «une bonne gestion de l'humidité. Ici, un sous-vêtement Calvin Klein gris (Calvin Klein)
La Marine royale du Canada cherche à acheter 180 000 paires de sous-vêtements légers, gris, permettant «une bonne gestion de l’humidité. Ici, un sous-vêtement Calvin Klein gris (Calvin Klein)

Les programmes d’achat d’avions, de navires ou de véhicules terrestres peuvent connaître des difficultés, mais, pour le programme d’achat des…sous-vêtements, le Canada va être bien préparé.

La Marine royale du Canada, apprenait-on tout récemment, cherche à acheter 180 000 paires de sous-vêtements légers, gris, permettant «une bonne gestion de l’humidité».

Avec ce qu’on va économiser sur les «plantes en pot», ça ne devrait pas être un problème.

Dans un avis publié en ligne vendredi sur le site des travaux publics du gouvernement, la marine canadienne fait état de ses besoins en matière de sous-vêtement et sollicite l’aide de l’industrie canadienne du vêtement pour trouver des sous-vêtements conformes à ses «normes rigoureuses».

Le gouvernement sollicite l’industrie pour déterminer la capacité de l’industrie à fournir un caleçon court pour hommes (Type I) et une culotte pour femmes (Type II) (TPSGC)

Le gouvernement sollicite donc l’industrie pour déterminer la capacité de l’industrie à fournir un caleçon court pour hommes (Type I) et une culotte pour femmes (Type II).

Les résultats de cette consultation seront par la suite utilisés pour aider à l’élaboration des spécifications et à l’achat d’une quantité approximative de 150 000 caleçons courts pour hommes et environ 30 000 culottes pour femmes.

Les deux types de sous-vêtements, hommes et femmes, doivent être de couleur grise, munies d’une ceinture élastique avec brins de guipage ou de recouvrement noirs qui ne doivent pas être fusibles ni dégoutter, avec des coutures qui ne créent pas d’épaisseur ni de points de pression et un « soufflet de deux épaisseurs à la fourche cousu sur tous les côtés.

Les sous-vêtements destinés aux hommes doivent aller à mi-cuisse alors que ceux destinés aux femmes doivent être de type « short court »
Dans tous les cas, le tissu doit être léger, fait de tricot (p. ex. jersey ou interlock), permettre une bonne gestion de, l’humidité, doux au toucher, non fusible et sans dégouttement, offrir une bonne rétention de la forme.

Il doit aussi être lavable à la machine (jusqu’à 45 lavages à la machine à 60 ºC avec séchage par culbutage), la stabilité dimensionnelle doit être inférieure à 5 %, avoir des propriétés antibactériennes, être non allergène pour 95 % des personnes qui le portent.

Le tissu peut contenir des fibres naturelles, cellulosiques ou synthétiques. Ah! Enfin un programme qui ne devrait souffrir ni retard, ni annulation!

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.