Le Canada inscrit Boko Haram et l’Émirat du Caucase à sa liste des entités terroristes

Des habitants de la ville de Kano, dans le nord du Nigeria, devant le siège de la police en flammes, peu après un attentat à la bombe commis le 20 janvier 2012 (Photo: Human Rights Watch)
Des habitants de la ville de Kano, dans le nord du Nigeria, devant le siège de la police en flammes, peu après un attentat à la bombe commis le 20 janvier 2012 (Photo: Human Rights Watch)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Les forces armées nigérianes tentent actuellement d'encercler les islamistes de Boko Haram dans l'est du Nigéria (Photo: Archives/Gabonews)
Les forces armées nigérianes tentent actuellement d’encercler les islamistes de Boko Haram dans l’est du Nigéria (Photo: Archives/Gabonews)

Le Canada du Canada a inscrit cette semaine le groupe Boko Haram et l’Émirat du Caucase sur la liste des entités terroristes, en vertu du Code criminel.

«Boko Haram est une organisation ayant perpétré plus de 300 attaques dans le Nord du Nigeria et causé la mort de plus de 1000 personnes. L’Émirat du Caucase s’est livré à des activités terroristes en Russie, tuant ou blessant ainsi de nombreux citoyens russes et membres du personnel de sécurité. L’ajout de ces groupes à la liste des entités terroristes envoie le message clair que ces actions ne seront pas tolérées », a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Sreven Blaney.

«Le gouvernement du Canada assure la sécurité de nos collectivités. La liste des entités terroristes aide à poursuivre en justice les auteurs d’actes terroristes et ceux qui les soutiennent, en plus de contribuer à la lutte contre le financement d’activités terroristes », a ajouté le ministre.

En novembre dernier, les États-Unis avaient déjà inscrit Boko Haram sur leur liste noire «terroriste» le groupes islamiste armés nigérian pour aider le Nigeria à combattre cette organisations accusées d’être aussi liées à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Les attaques de Boko Haram, qui prône un islam rigoriste et revendique la création d’un État islamique dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman, ainsi que la répression des forces de l’ordre, ont fait plusieurs milliers de victimes depuis 2009.

L’Émirat du Caucase quant à lui était un «État» autoproclamé, visant à installer la charia dans plusieurs régions du Caucase du Nord, lancé en 31 octobre 20071 par Dokou Oumarov, et qui mène aujourd’hui des combats de guérilla en Tchétchénie.

Les gestes de Boko Haram et de l’Émirat du Caucase répondent aux critères juridiques d’inscription prévus dans le Code criminel, «selon lesquels il doit exister des motifs raisonnables de croire que l’entité a sciemment participé à une activité terroriste ou l’a facilitée ou qu’elle a agi sciemment au nom de l’entité, sous sa direction ou en collaboration avec elle», dit le ministère de la Sécurité publique dans le communiqué annonçant l’inscription des deux organisations à la listes des entités terroristes

Le processus d’inscription nécessite une analyse approfondie du renseignement et des informations criminelles, précise aussi le ministère.

En vertu du Code criminel, toute personne ou tout groupe inscrit peut voir ses biens saisis et confisqués. Les personnes et les organisations qui effectuent des opérations portant sur les biens ou les finances d’entités inscrites s’exposent à des sanctions sévères. De plus, il est criminel de participer ou de contribuer sciemment à toute activité d’une entité inscrite ayant pour but d’accroître la capacité de l’entité de se livrer à une activité terroriste ou de la faciliter. Cette infraction et les infractions connexes sont exposées en détail dans le Code criminel.