Centrafrique: Djotodia en sursis, son sort connu dans la matinée

0
107
Le président centrafricain Michel Djotodia à Bangui le 21 décembre 2013 (Miguel Medina/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le président centrafricain Michel Djotodia à Bangui le 21 décembre 2013 (Miguel Medina/AFP)
Le président centrafricain Michel Djotodia à Bangui le 21 décembre 2013 (Miguel Medina/AFP)

Le sommet d’Afrique centrale  à N’jamena sur la crise en Centrafrique a suspendu ses travaux ce vendredi 10 janvier pendant qu’on prépare  un accord sur un éventuel départ du président de transition Michel Djotodia, qui s’est avéré incapable de ramener l’ordre dans son pays.

Le sommet extraordinaire des pays d’Afrique centrale qui s’est ouvert jeudi ne devait pas avoir pour objet de changer un régime, ni de changer la transition à Bangui, avait pourtant affirmé le secrétaire général de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC), Allami Ahmat.

Le sommet a été convoqué à cause de la détérioration de la situation sécuritaire, s’était-il donné la peine de préciser, déclarant «Il ne s’agit pas de changer un régime, ni de changer la transition, il s’agit de prendre des dispositions pour restaurer la paix et la sécurité en Centrafrique».

Pourtant, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius avait bien quant à lui affirmé que le Sommet pourrait prendre des décisions sur le sort de M. Djotodia.

Alors que la Centrafrique est plongée dans un conflit sanglant et une impasse politique, les présidents tchadien Idriss Deby et congolais Denis Sassou Nguesso veulent rebattre les cartes et sont à la recherche d’un plan B, bien que la vacance du pouvoir à Bangui  soit  un risque  énorme.

Par contre, la paralysie totale du pouvoir de Bangui et son incapacité à rétablir l’ordre depuis des mois dans un pays livré aux pires violences interreligieuses ont  ulcéré le Tchad et les autres pays de la région.

Le sommet sur la crise en Centrafrique,  qui avait débuté à huis clos entre les dirigeants d’Afrique centrale et les membres du Parlement provisoire centrafricain, a donc suspendu ses travaux ce vendredi peu avant 4h00, heure locale.

Il a demandé au Parlement provisoire centrafricain, réuni à N’Djamena, de préparer avant 8h00 un accord sur l’éventuel départ  du président Michel Djotodia.

Les dirigeants de CEEAC se réuniront maintenant pour une nouvelle session de travail à partir de 9h00 sur la base du document sur lequel va travailler le Conseil national de transition (CNT, parlement provisoire), dont membres ont été emmenés de Bangui par avion jeudi soir.

C’est donc vendredi matin qu’on devrait connaître le sort qui sera finalement réservé à ce «couple non fonctionnel» que forment le président de transition Michel Djotodia et son Djotodia et son Premier ministre, Nicolas Tiengaye.