Deux pilotes de la 15e Escadre de Moose Jaw s’éjectent avant l’écrasement de leur avion

L'avion-école à turbopropulseurs CT- 156 Harvard II est l’avion que l’OTAN a choisi pour les premiers stades de son programme d’Entraînement en vol (Aviation royale canadienne)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
L'avion-école à turbopropulseurs CT- 156 Harvard II est l’avion que l’OTAN a choisi pour les premiers stades de son programme d’Entraînement en vol (Aviation royale canadienne)
L’avion-école à turbopropulseurs CT- 156 Harvard II est l’avion que l’OTAN a choisi pour les premiers stades de son programme d’Entraînement en vol (Aviation royale canadienne)

Un avion d’entraînement- CT-156 Harvard II s’est écrasé à environ 13h50 heure du Centre du canada ( 14h50, heure de Montréal) vendredi 24 janvier, environ 5,5 kilomètres au sud de l’aérodrome à la 15e Escadre de la Base des Forces armées Moose Jaw, en Saskatchewan, à environ 71 kilomètres à l’ouest de Regina.


La base des Forces canadiennes Moose Jaw est utilisée pour l’entraînement au vol. La 15e Escadre Moose Jaw est la principale unité occupant la base.

Les deux pilotes, dont les noms n’ont pas été dévoilés, se sont éjectés en toute sécurité, rapporte la CBC, la télévision publique canadienne.
Ils sont même repartis, accompagnés de membres de l’équipe d’urgence, certes, mais sur leurs jambes, après avoir atterri en parachute et ont plus tard été évalués par le personnel médical.

L’avion dans lequel ils volaient, un CT- 156 Harvard II , est utilisé pour la formation des pilotes.

Cet avion-école à turbopropulseurs est l’avion que l’OTAN a choisi pour les premiers stades de son programme d’Entraînement en vol.

Les apprentis-pilotes qui suivent l’Entraînement en vol de l’OTAN au Canada reçoivent une formation de 95 heures sur le Harvard II. Après avoir réussi cette formation de base, ils suivent une formation complémentaire dans un des programmes suivants : avion de chasse, avion multimoteurs ou hélicoptère.

«Doté d’un impressionnant rapport poussée-poids, le CT-156 a une vitesse ascensionnelle initiale d’environ 1 km par minute et peut soutenir des virages à 2 G à une altitude de 7500 m. L’habitacle entièrement pressurisé du Harvard III comprend un ensemble d’instruments électroniques de vol (EFIS) et un système mondial de positionnement (GPS).», peut-on lire à propos du CT-156 Harvard II sur le site de l’Aviation royale canadienne.

Le capitaine Thomas Edelson, de la BFC Moose Jaw , a expliqué à la télévision canadienne que l’un des pilotes avait déterminé qu’il ne pouvait pas atterrir en toute sécurité en raison d’un problème avec le train d’atterrissage et on a alors opté pour une «éjection contrôlée».

Le Commandant de la Base, le colonel Paul Goddard a déclaré vendredi que la valeur de l’avion est de l’ordre de 8 millions $ à 10 millions $.

Mais, si «Vous pouvez acheter des avions, […] vous ne pouvez pas acheter des pilotes», a dit à ce sujet le capitaine Edelson.

D’où la décision d’effectuer une «éjection contrôlée.

«Quand vous avez le temps de faire une éjection contrôlée , vous orienter en direction d’un endroit sûr, inhabité évidemment » , a précisé le capitaine Edelson.

Le pilote a donc pris le temps , avant l’éjection, de s’assurer que l’avion s’écrase sans causer de problèmes au sol.

L’avion a volé pendant un court laps de temps après l’éjection des pilotes avant de s’écraser dans un champ désert.

Les équipes d’urgence sur le terrain , qui avaient été alertées avant l’accident , ont récupéré les pilotes très peu de temps après qu’ils ont touché le sol.

Quant au site de l’écrasement, il a été bouclé dans le cadre de l’enquête .

Le colonel Goddard a déclaré pour sa part que l’élève-pilote avait pris environ 10 leçons et que l’autre pilote avait un an d’expérience somme instructeur.

Pendant le vol, avant l’accident, un problème avait été identifié concernant le train d’atterrissage de l’avion. Un autre avion a alors été envoyé pour jeter un coup d’oeil et c’est ainsi que, 45 minutes plus tard, on a opté pour «l’éjection contrôlée».

L’enquête de l’Aviation royale portera sur ce problème avec le train d’atterrissage et, d’ici la conclusion de l’enquête, a dit le commandant de la base, les autres vols de formation ont été suspendus à Moose Jaw.

503 Service Unavailable

Service Unavailable

The server is temporarily unable to service your request due to maintenance downtime or capacity problems. Please try again later.

Additionally, a 503 Service Unavailable error was encountered while trying to use an ErrorDocument to handle the request.