Nouveau décès dans les Forces canadiennes, cette fois à Esquimalt

Temps de lecture estimé : 2 minutes
140129-esquimalt
Le militaire a été retrouvé mort chez lui par la police militaire de la base (capture CHEK)

Une nouvelle fois, un membre des Forces armées canadiennes été retrouvé mort chez lui tôt mardi matin, dans sa résidence situé dans le quartier des logements familiaux de la base d’Esquimalt.

Comme il se doit dans le cas du décès de tout militaire, le Service national d’enquête des Forces canadiennes (SNEFC) a entamé une enquête sur la mort soudaine de ce membre des Forces canadiennes en collaboration avec le bureau du Coroner de la Colombie-Britannique.

Il s’agit du Premier maître de 2e classe Gilles Duquette, 54 ans.

Membre de la Force régulière dans la section Administration de la BFC Esquimalt, il avait 29 ans de service dans la Marine royale canadienne et était à son poste actuel depuis mars 2013. 

Au cours de ses 29 années de service, le militaire a servi à bord des NCSM Kootenay, Annapolis, Vancouver, Huron, Calgary, Ottawa et Winnipeg. 

Vétéran de deux déploiements opérationnels, le Premier maître de 2e classe Gilles Duquettea été déployé en Syrie en 1989 et à Bahreïn avec le NCSM Vancouver dans le cadre de la Force opérationnelle interarmées du Canada en Asie du Sud-Ouest en 2002. 

La police militaire a trouvé le corps du militaire dans un logement militaire de Work Point à 9h00, heure du Pacifique, mardi, lorsque le militaire ne s’était pas présenté à son travail.

L’officier des affaires publiques de la BFC Esquimalt, la capitaine Jennifer Jackson, jointe au téléphone par 45eNord.ca, a déclaré qu’il était trop tôt pour déterminer la cause du décès.

«Ils [les enquêteurs] tentent toujours de déterminer exactement ce qui s’est passé. Il serait inapproprié de spéculer ou de tenter de deviner ce qui s’est passé», a dit la porte-parole des Forces armées.

Le décès est survenu dans le logement militaire, mais la capitaine Jackson ne pouvait pas dire si des membres de la famille étaient à la maison au moment de l’événement.

Mort naturel ou suicide, on ne peut absolument rien dire à cette étape ci, bien que, avec la vague de suicides qui déferle depuis deux mois dans les Forces canadiennes, toute mort est devenue suspecte au yeux du public et des militaires eux-mêmes.

Ce n’est que mercredi en fin après-midi que l’identité du militaire décédé a pu être été dévoilée, les autorités ayant eu de la difficulté à joindre le parent le plus proche pour l’aviser du décès.

Work Point abrite aujourd’hui Centre de formation des officiers de marine ainsi que des logements et des installations de loisirs pour le personnel militaire.