Pour son exécution, l’oncle de Kim Jong-un aurait été dévoré par des chiens

2
Un Sud-Coréen regarde à la télévision les images de Jang Song-Thaek, l'oncle du leader nord-coréen Kim Jong-Un, le 3 décembre 2013 dans une gare à Séoul (Jung Yeon-Je/AFP)
Un Sud-Coréen regarde à la télévision les images de Jang Song-Thaek, l’oncle du leader nord-coréen Kim Jong-Un, le 3 décembre 2013 dans une gare à Séoul (Archives/Jung Yeon-Je/AFP)

Kim Jong-Un aurait regardé son oncle se faire dévorer par des chiens comme moyen d’exécution, rapportent plusieurs médias aujourd’hui.

Si les exécutions sommaires sont plutôt courantes en Corée du Nord, l’horreur aurait atteint un nouveau palier avec cette nouvelle. Le jeune leader Kim Jong-Un, aurait ainsi ordonné que son oncle Jang Song-Thaek, 67 ans, soit dévoré par une horde de chiens affamés.

Si les médias en font état aujourd’hui, la nouvelle date originellement du 12 décembre, parue dans le Wen Wei Po, journal hong-hongkongais pro-Chine.

L’article indique que contrairement aux exécutions précédentes de prisonniers politiques qui ont été menées par des pelotons d’exécution avec des mitrailleuses, l’oncle de Kim Jong-un a été déshabillé et jeté dans une cage, avec ses cinq plus proches collaborateurs. Ensuite, 120 chiens, affamés pendant trois jours, ont été lâchés pour chasser leurs proies jusqu’à ce qu’elles soient complètement dévorées. C’est ce qu’on appelle quan jue, ou l’exécution par des chiens.

Toujours selon le journal, l’exécution aurait duré une heure et a été suivie en direct par le leader suprême, son frère Kim Jong-chol et 300 autres membres officiels.

Jang Song-Thaek, oncle par alliance du jeune dirigeant Kim Jong-Un, a été arrêté, jugé lors d’un procès express et exécuté le 12 décembre, accusé de complot et de corruption. L’oncle du dirigeant nord-coréen et officieux numéro deux du régime a été exécuté parce qu’il tentait de prendre le contrôle des très lucratives exportations de charbon, a avancé lundi le chef des renseignements sud-coréens.

Ce qui est également intéressant, c’est que des journaux chinois, à commencer par le Wen Wei Po, ont fait part de leur dégoût face à cette nouvelle, ce qui pourrait indiquer un changement de ton dans les relations entre la Chine (traditionnellement alliée de la Corée du Nord) et le régime de Kim Jong-un.

Le Global Times, associé au People’s Daily, un organe de presse du Parti communiste chinois, a publié un éditorial très critique expliquant que ce changement politique brusque incarnait le retard du système politique nord-coréen, et que la Chine ne devrait plus tenter de «gâter» le régime nord-coréen.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Discussion2 commentaires

  1. Selon le Washington Post, cette histoire d'oncle dévoré par 120 chiens serait un hoax, une histoire à dormir debout inventé de toute pièce !