Un cuisinier chinois secouru par la garde-côtière japonaise

L'homme qui tentait d'accéder aux îles contestées s'est écrasé en mer (11e quartier-général des gardes-côtes du Japon)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L'homme qui tentait d'accéder aux îles contestées s'est écrasé en mer (11e quartier-général des gardes-côtes du Japon)
L’homme qui tentait d’accéder aux îles contestées s’est écrasé en mer (11e quartier-général des gardes-côtes du Japon)

Un cuisinier chinois qui volait à bord d’une montgolfière en direction des îles Senkaku a été secouru par la Garde côtière du Japon après s’être écrasé en mer.

Xu Shuaijun, 35 ans, s’est écrasé mercredi après avoir fait face à des turbulences alors qu’il approchait des îles, connues au Japon comme étant les Senkaku et Diayou en Chine.

La Garde côtière a reçu un rapport d’une personne disparue par des fonctionnaires taïwanais, et un hélicoptère de la Garde côtière a repéré l’homme à environ 20 kilomètres des îles, ont déclaré les garde-côtes.

Il a été récupéré par un bateau et plus tard remis à un navire de patrouille chinois, selon la Garde côtière. Sa vie n’était pas en danger, bien qu’aucun autre détail n’a été donné.

Depuis des années ces îles empoisonnent les relations entre la Chine et le Japon, mais elles sont vraiment au plus bas depuis septembre 2012, date à laquelle le Japon a nationalisé trois des cinq îles principales de l’archipel de la discorde, déclenchant une semaine de manifestations anti-japonaises, parfois violentes, dans plusieurs villes de Chine.

Pékin envoie régulièrement des patrouilles de garde-côtes dans les eaux territoriales de ces îles situées à 200 km au nord-est de Taïwan et 400 km à l’ouest d’Okinawa (sud du Japon), faisant redouter un incident avec les navires japonais qui y croisent aussi.

Une récente visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe à un temple de Tokyo qui honore certains criminels de guerre de la Seconde Guerre mondiale a indigné la Chine, ajoutant aux tensions bilatérales.