L’exercice ARTIC RAM au Nunavut, l’Armée canadienne toujours plus au Nord

L’une des cibles en forme de sculpture de neige explose lors d’une attaque au niveau du peloton sur le lac Russell, lors d'un exercice Arctic Ram précédent alors que la Compagnie Alpha (Cie A) du 1er Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, avait lancé une attaque dans le cadre de l'exercice qui se déroule dans le gtand nord canadien (Archives/Caporal Lindsay Grimster, CIIFC)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L’une des cibles en forme de sculpture de neige explose lors d’une attaque au niveau du peloton sur le lac Russell, lors d'un exercice Arctic Ram précédent alors que la Compagnie Alpha (Cie A) du 1er Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, avait lancé une attaque dans le cadre de l'exercice qui se déroule dans le gtand nord canadien (Archives/Caporal Lindsay Grimster, CIIFC)
L’une des cibles en forme de sculpture de neige explose lors d’une attaque au niveau du peloton sur le lac Russell, lors d’un exercice Arctic Ram précédent alors que la Compagnie Alpha (Cie A) du 1er Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, avait lancé une attaque dans le cadre de l’exercice qui se déroule dans le gtand nord canadien (Archives/Caporal Lindsay Grimster, CIIFC)

Environ 500 soldats de l’armée canadienne participent à l’exercice Arctic Ram qui a commencé hier et se poursuivra à 26 février à Kugaaruk, au Nunavut. L’exercice ARCTIC RAM est l’exercice le plus important et le plus complexe de l’Armée dans l’Arctique canadien et permettra aux militaires de perfectionner leurs compétences de guerre en hiver et d’améliorer les capacités de l’Armée canadienne dans l’Arctique.

Cette année, les membres du 3e Bataillon, Canadian Light Infantry Princess Patricia (3 PPCLI), s’entraîneront aux côtés du 1er Groupe patrouille des Rangers canadiens et du Groupe de la Compagnie d’intervention arctique composées de soldats du 38e Groupe-brigade du Canada.

Les soldats effectueront une variété d’exercices, incluant l’entraînement à la survie dans l’hiver arctique, des patrouilles en motoneige, les compétences avancées de guerre en hiver et une réponse rapide à une menace ou un danger dans le Nord du Canada.

Pour débuter l’exercice, les soldats seront parachutés dans la zone d’exercice, située au sud du hameau de Kugaaruk.

«En nous entraînant dansl’Arctique, non seulement nous sommes mis au défi par l’environnement et la météo, mais nous sommes également interpellés par la logistique de travailler dans un endroit éloigné», a déclaré le lieutenant-colonel John Errington, commandant du 3 PPCLI, à propos de l’exercice ARTIC RAM. «En nous préparant et nous entraînant pour le pire des cas, nous serons plus que prêts à répondre à tous les cas».

C’est le plus au nord que 3 PPCLI ne s,est jamais entraîné. Le partenariat avec les Rangers canadiens est une occasion unique pour les soldats d’apprendre à partir de leur vaste expérience du Nord. Comme ils sont les «yeux et les oreilles» du Nord les Rangers sont connus pour leur capacités et leurs compétences de guide dont dépend le reste des Forces armées canadiennes dépend pour fonctionner dans le rude climat arctique .