Familles séparées: des Coréens se revoient enfin pour la première fois depuis 60 ans

Lee Son-hyang (g) retrouve Lee Yoon Geun (d) au cours d'une réunion rarissime de familles des deux Corées séparées par la guerre, au mont Kumgang en Corée du Nord le 20 février 2014 (AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Lee Son-hyang (g) retrouve Lee Yoon Geun (d) au cours d'une réunion rarissime de familles des deux Corées séparées par la guerre, au mont Kumgang en Corée du Nord le 20 février 2014 (AFP)
Lee Son-hyang (g) retrouve Lee Yoon Geun (d) au cours d’une réunion rarissime de familles des deux Corées séparées par la guerre, au mont Kumgang en Corée du Nord le 20 février 2014 (AFP)

Un total de 82 Sud-Coréens d’âge avancé, accompagnés de 58 proches, sont arrivés ce jeudi 20 février vers 14h, heure de Corée, au mont Kumgang pour enfin revoir et serrer dans leurs bras pour la première fois depuis la guerre de Corée des membres de leur famille restés en Corée du Nord à la signature de l’armistice en 1953, rapporte aujourd’hui l’agence sud-coréenne Yonhap.

Il s’agit là de la première réunion de famille coréenne séparée depuis la suspension des ces réunions il y a trois ans et quatre mois.

Les premières réunions de ce genre avaient été organisées en 1985 à la faveur d’un dégel des relations intercoréennes, avant d’être suspendues pendant 15 ans.

Puis, un sommet intercoréen en 2000 avait permis leur reprise et quelque 21.700 personnes pu être réunies depuis.

Mais programme a de nouveau été interrompu en 2010 après le bombardement par la Corée du Nord d’une île sud-coréenne située sur leur frontière maritime, contestée par Pyongyang.

Les retrouvailles d’aujourd’hui n’ont été rendus possibles qu’au terme d’âpres négociations entre Séoul et Pyongyang.

La Corée du Nord a fini par donner son accord alors qu’elle exigeait l’annulation d’exercices militaires au préalable entre la Corée du Sud et les Etats-Unis prévus fin février.

Et ce matin, les bus sont enfin partis de la ville de Sokcho pour gagner la zone de démarcation située à 50 km du nord de la ville côtière au bord de la mer de l’Est. Une fois arrivés au poste frontalier, rapporte Yonhap, le groupe est monté dans des autocars de Hyundai Asan pour aller au mont Kumgang.

Les retrouvailles entre ces Sud-Coréens et leurs 178 proches restés au Nord, qui ne s’étaient pas vus pendant plus de 60 ans, ont alors débuté à 15h à l’hôtel Kumgangsan.

Lee Yong-Sil (d) retrouve sa soeur Lee Jong-Sil(g) au cours d’une réunion rarissime de familles des deux Corées séparées par la guerre, au mont Kumgang en Corée du Nord le 20 février 2014 (AFP)

L’un des doyens sud-coréens, un homme de 93 ans séparé de sa femme enceinte, a découvert pour la première fois le visage de son fils, âgé de 64 ans.

Deux femmes âgées ont fait le voyage en ambulance et une dizaine de participants se déplacent en fauteuil roulant.

Parmi eux ces proches restés au Nord, figurent en outre deux anciens pêcheurs sud-coréens qui ont été enlevés par le Nord dans les années 70, rapporte aussi l’agence sud-coréenne.

Sélectionnés par tirage au sort informatique parmi des milliers de candidats, les participants ont emporté une multitude d’objets dans leurs bagages, cadeaux, médicaments et, bien sûr, d’innombrables photos.

Ces réunions se poursuivront maintenant lors d’un dîner offert par la Corée du Nord à partir de 19h.

En tout, les membres des familles se rencontreront à six occasions pour un total de 11 heures durant ces trois jours, y compris les heures de repas.

Aujourd’hui, c’était dessud-coréens quirevoyaient des proches au Nord, puis, entre les 23 et 25, ce sera l’inverse, 88 Nord-Coréens reverront 361 proches du Sud.

Le nombre de Sud-Coréens inscrits sur la liste des rencontres de familles séparées s’élèvait à 129.264 depuis 1988, mais 44,7% d’entre eux (507.784) sont décédés.

Le nombre de personnes encore en vie sur cette liste sud-coréenne est plutôt de 71.480. Par contre, le nombre de ceux qui ont pu retrouver des proches au Nord n’atteint qu’une vingtaine de milliers de personnes depuis 30 ans.