Fermeture des bureaux régionaux: Anciens combattants Canada s’explique

Le bureau de Services Canada sur l'avenue Queensway, à Kelowna, en Colombie-Britannique (ACC)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le bureau de Services Canada sur l'avenue Queensway, à Kelowna, en Colombie-Britannique (ACC)
Le bureau de Services Canada sur l’avenue Queensway, à Kelowna, en Colombie-Britannique (ACC)

Après le tollé soulevé par la décision de fermer huit bureaux régionaux, la rencontre avortée du ministre avec un groupe de vétérans, des appels à la démission de Julian Fantino et les déclarations fracassantes de la députée conservatrice Pembroke sur le SSPT, Anciens Combattants Canada s’explique sur cette décision administrative.

Dans un évident effort de communication, le ministère explique aux vétérans qui font affaire affaire avec l’un de ces bureaux que leur dossier sera transféré au bureau de secteur d’ACC le plus près et souligne qu’il recevront un appel d’ACC à ce sujet.

De plus, fait remarquer le ministère, un agent des services aux clients d’ACC sera en poste au bureau de Service Canada de chaque endroit où l’on ferme un bureau.

La semaine dernière, à l’approche de la fermeture de huit bureaux régionaux d’Anciens combattants Canada, les vétérans, qui veulent pouvoir compter du une aide individualisée, avaient fait savoir qu’ils ressentaient cette décision comme une profonde trahison.

Ces fermetures, disaient-ils, allait les priver de services de première ligne essentiels dont ils ont besoin en raison de leur état de santé souvent précaire.

Mardi 28 janvier, des vétérans et des représentants syndicaux de l’Alliance de la fonction publique du Canada [AFPC] (qui représentent les employés des bureaux fermés) s’étaient rendus mardi à Ottawa rencontrer le ministre Fantino pour tenter de faire renverser la décision du ministère des Anciens combattants de procéder vendredi 31 janvier, à la fermeture de huit bureaux régionaux.

Mais le ministre Fantino avait quitté précipitamment la rencontre avec ce groupe de vétérans des quatre coins du pays cette semaine, après les avoir longuement fait attendre, soulevant la colère des vétérans et déclenchant des appels à sa démission.

En novembre dernier, le ministre des Anciens Combattants, Julian Fantino avait expliqué que ces bureaux de secteur étaient «sous-utilisés», et qu’un employé du ministère serait plutôt affecté à chacun des bureaux de Service Canada situé dans les régions où les bureaux de secteur d’ACC cesseront leurs opérations cette semaine.

Mais, ce qui arriverait après la fermeture des bureaux régionaux n’était pas clair aux yeux de beaucoup de vétérans et, alors que les critiques fusaient déjà de partout sur la disponibilité des soins de santé, le sort des soldats blessés et la vague de suicides qui déferlait depuis deux mois dans les Forces canadiennes, la décision d’ACC avait été très mal accueillie.

Les bureaux régionaux des Anciens Combattants touchés sont situés à Charlottetown, Corner Brook, Sydney, Thunder Bay, Windsor, Brandon, Saskatoon, Kelowna et Prince George, mais demain, ce pourrait être aussi, en suivant la même logique administrative, d’autres bureaux qui seront touchés.

Aujourd’hui, en plus d’assurer les vétérans que leur dossier sera traité tout aussi efficacement qu’avant, le ministère a publié une carte des points de service pour les vétérans et leurs familles sur laquelle on peut voir les 652 points de services pour les vétérans, les 10 Cliniques pour traumatismes de stress opérationnel, les 31 Centres intégrés de soutien du personnel, les 584 Point de service de Services Canada et les 27 sites de service d’Anciens Combattants Canada.

Mais, surtout, le ministère a publié la liste et les adresses des bureaux de Service Canada dans les régions où ont été fermés les bureaux régionaux d’Anciens Combattants Canada.

  • Kelowna – 471, avenue Queensway
  • Saskatoon – 101, 22e rue Est
  • Brandon – 1039, avenue Princess
  • Thunder Bay – 975, Alloy Drive
  • Windsor – 400, City Hall Square East
  • Charlottetown – 191, avenue University
  • Sydney – 15, rue Dorchester
  • Corner Brook – 1, Regent Square

Il faut dire aussi que, la même semaine, une collègue de Julian Fantino, Cheryl Gallant, avait un peu brouillé les communications en déclarant sur un autre sujet le 30 janvier à la Chambre des Communes que la peur qu’ont les soldats d’être viré des Forces armées s’ils souffrent de stress post-traumatique n’est que «dans leur tête» et qu’ils n’ont rien à craindre.

Une fois sa déclaration rapportée par la presse, elle s’était alors attiré injures et quolibets, en plus des appels à la démission. Pour les conservateurs, une semaine assez horrible au cours de laquelle ils n’ont certainement pas été maîtres de la communication.

Pour ceux que cela intéresse, on peut aussi trouver une carte interactive des points de service sur le site d’ACC.