À Gagetown, nouveau suicide présumé d’un militaire canadien

Martin «Marty» Mercier (Photo tirée de Facebook)

Martin «Marty» Mercier (Photo tirée de Facebook)

La Défense nationale a confirmé ce mercredi 12 février qu’un autre soldat canadien est mort chez lui.

Un porte-parole de l’Armée canadienne a indiqué que l’Adjudant Martin Mercier, de la Base de soutien de la 5e Division du Canada à Gagetown, NB, a été découvert par la GRC à Fredericton, à sa résidence hors de la base, le 10 février. La date exacte de sa mort n’a en revanche pas été confirmée.

Bien que la Défense ne mentionne pas la cause de la mort de Mercier, CTV News a confirmé qu’il s’agissait d’un suicide et que le militaire faisait face à des accusations d’agression sexuelle et d’exploitation sexuelle d’un mineur.

Au cours de ces derniers mois, c’est une dizaine de soldats ou anciens combattants qui se sont enlevés la vie, provoquant de vives critiques des ressources disponibles pour les personnes souffrant du syndrome de stress post-traumatique et d’autres questions. Si pour certains les ressources sont là, pour d’autres il est impossible d’y avoir recours sans risquer de se faire «mettre à la porte» des Forces armées canadiennes.

Martin Mercier s’est joint aux Forces armées canadiennes en avril 1985 et a effectué plusieurs déploiements à l’étranger, dont l’Afghanistan (2003-2004), le Rwanda (1994-1995), la Somalie (1992-1993) et Chypre (1989-1990).

Au début de la vague de suicides, fin novembre, le chef d’état-major de la Défense, le général Tom Lawson, déclarait que les Forces armées canadiennes prennent «chaque décès au sérieux [… et] pour une organisation comme la nôtre, bâtie sur le leadership, la camaraderie et la vigueur, cette réalité nous touche durement».

Le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, a récemment déclaré que l’armée a constitué une équipe spéciale pour éliminer le retard pris dans les enquêtes techniques sur les suicides de soldats.

Rappelons qu’à défaut de contacter un des programmes d’aides des Forces armées canadiennes, il existe des aides dans le civil, comme la ligne 1 866 277 3553 de l’Association québécoise de prévention du suicide ou on peut appeler tout simplement le 911.

2 réponses à À Gagetown, nouveau suicide présumé d’un militaire canadien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>