Pakistan: au moins douze policiers tués dans un attentat à Karachi

Les débris d'une voiture piégée ayant explosé à Karachi, le 10 juillet 2013 (Archives/Asif Hassan/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un bus de la police cible d'un attentat à la bombe, le 13 février 2014 à Karachi, au Pakistan (Asif Hassan/AFP)
Un bus de la police cible d’un attentat à la bombe, le 13 février 2014 à Karachi, au Pakistan (Asif Hassan/AFP)

Un attentat à la voiture piégée a coûté la vie à au moins douze policiers, ce jeudi, à Karachi, capitale du Pakistan. Une attaque revendiquée par les talibans quelques jours seulement après l’ouverture d’un second round de discussions avec le gouvernement.

Au Pakistan, l’équilibre est fragile. Alors que le processus de paix a été rouvert cette semaine, le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP) a revendiqué un nouvel attentat, ce jeudi, à Karachi.

«Une voiture garée dans la rue et bourrée d’explosifs a explosé dans la matinée au passage d’un bus transportant une cinquantaine de policiers», a déclaré Raja Umer Khatab, chef de l’unité antiterroriste de Karachi. Ce dernier a précisé que la bombe avait été actionnée à distance.

Auparavant, un haut responsable de la police locale, Munir Sheikh, a confié qu’«une voiture remplie d’explosifs a percuté un bus transportant des responsables». «Onze policiers sont morts. Il semble bien s’agir d’un attentat suicide», a-t-il ajouté.

En revoyant leur bilan à la hausse, des sources policières hospitalières ont fait état de douze morts et plus d’une cinquantaine de blessés.

«Nous avons perpétré cette attaque contre la police car elle tue nos hommes»

Les talibans du TTP ont ensuite annoncé que cet attentat ne serait pas le dernier si aucun accord n’ait trouvé avec le gouvernement. «Nous avons perpétré cette attaque contre la police car elle tue nos hommes. Notre guerre défensive se poursuivra tant que nous n’aurons pas d’accord de cessez-le-feu», a déclaré à l’AFP Shahidullah Shahid, le porte-parole officiel du TTP.

Fin janvier, le Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, a lancé un nouvel appel à des pourparlers de paix.

Depuis, au moins 61 personnes ont été tuées dans des attentats au Pakistan, dont neuf mercredi dans une attaque contre un comité antitaliban et treize mardi contre un cinéma pornographique de Peshawar, grande ville du nord-ouest du pays. Le TTP avait jusqu’alors nié toute implication dans ces différentes attaques.