Toujours autant de retards dans le versement des pensions aux réservistes

Les réservistes du 34e Groupe Brigade, basée à Montréal et du 35e, basée à Québec, s'avance pour
En tenue de combat, les réservistes du 34e Groupe Brigade, basée à Montréal et du 35e, basée à Québec, s'avance pour " prendre contact avec l'ennemi" (Photo 34 GBC)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Les réservistes du 34e Groupe Brigade, basée à Montréal et du 35e, basée à Québec, s'avance pour " prendre contact avec l'ennemi" (Photo 34 GBC)
En tenue de combat, les réservistes du 34e Groupe Brigade, basée à Montréal et du 35e, basée à Québec, s’avance pour  » prendre contact avec «l’ennemi» lors d’un exercice en 2013 (Archives/34 GBC)

Le bureau de l’ombudsman de la Défense, Pierre Daigle, a déploré cette semaine les retards excessifs et chroniques dans le versement des prestations aux réservistes et dénoncé la situation comme injuste et inacceptable.

En 2009, le Bureau de l’ombudsman avait lancé une enquête préliminaire sur les questions liées aux régimes de pension des Forces canadiennes, rappelle Pierre Daigle.

L’un des buts de l’enquête était de déterminer la cause des retards signalés dans le traitement des demandes de prestations de la pension, des indemnités de départ et des gratifications de la Force de réserve.

«À la suite d’un audit de performance de la mise en œuvre du Régime de pension de la Force de réserve par le Bureau de la vérificatrice générale (BVG) en juin 2010», rappelle le Bureau de l’ombudsman, il «a décidé d’examiner ce rapport avant de déterminer quelle serait notre position sur la question».

Entre-temps, l’ombudsman a continué de surveiller les préoccupations soulevées et de traiter les plaintes sur une base individuelle.

Le ministère de la Défense nationale, souligne cette semaine Pierre Daigle, était d’accord avec la recommandation de la vérificatrice générale et reconnaissait les observations et les secteurs qui devaient être améliorés.

Il avait aussi indiqué, dit l’ombudsman, qu’il «continuera de procéder avec vigueur» tout en concentrant des ressources au traitement des arriérés de dossiers.

De plus, souligne encore Pierre Daigle, le MDN a confirmé qu’il « continuera de concentrer ses efforts sur l’élaboration et l’amélioration d’un cadre de gestion du rendement pour les services liés aux pensions » et qu’il développerait des « … normes de service… mesurables et significatives.»

Finalement, depuis la publication de l’audit, le Bureau de l’ombudsman «a mené plusieurs activités de suivi afin de déterminer dans quelle mesure les améliorations ont été apportées au système et finalement à la réduction des temps d’attente pour les membres de la Force de réserve, de façon à ce qu’ils reçoivent les prestations de retraite et de départ auxquelles ils ont droit».

Force a été de constater qu’il continue d’y avoir un arriéré et des retards excessifs et chroniques dans le versement des prestations aux réservistes.

L’ombudsman de la Défense a donc écrit au chef d’état-major de la défense afin de présenter ses préoccupations à propos de cette situation qu’il qualifie d’injuste et d’inacceptable

«Bien que nous continuions de traiter des plaintes individuelles concernant les retards, cette situation est manifestement devenue un problème systémique», conclut Pierre Daigle dans un communiqué publié cette semaine.

Les réservistes canadiens ne sont pas des soldats de plomb

L’Armée canadienne compte près de 25 000 réservistes, incluant les Rangers canadiens.

Le service dans la Force de réserve se fait sur une base volontaire et pour une période indéterminée. Les réservistes s’enrôlent pour faire leur service à temps partiel, mais de nombreux réservistes servent à temps plein au sein des Forces canadiennes dans le cadre de contrats de travail.

Les unités de la Force de réserve sont situées dans plus de 100 communautés partout au Canada. En outre, même s’ils ne sont pas tenus de servir outre-mer, beaucoup choisissent de servir à l’étranger.

Au Canada, les réservistes se sont illustrés dans plusieurs opérations: notamment, ils ont appuyé les Jeux olympiques 2010 de Vancouver, porté secours aux victimes des inondations au Québec et au Manitoba, participé aux mesures de rétablissement à la suite des tempêtes de verglas dans l’est du Canada, combattu les feux de forêt en Alberta et en Colombie-Britannique et prêté leur assistance lors des opérations de secours suite au passage d’un ouragan à Terre-Neuve-et-Labrador.

Au cours des dernières années, les réservistes ont aussi contribué d’une manière importante aux opérations expéditionnaires (internationales) du Canada. Depuis l’an 2000, plus de 4 000 membres de la Première réserve ont été affectés aux opérations des Forces canadiennes en Afghanistan, à Haïti et à d’autres opérations expéditionnaires internationales.