Un incendie se déclare à bord du NCSM Protecteur

1
Le NCSM Protecteur, le 31 janvier 2014 lors de l'exercice KOA KOAI. (Archives/Sergent Angela Abbey/MARPAC Imaging Services)
Le NCSM Protecteur, le 31 janvier 2014 lors de l’exercice KOA KOAI. (Archives/Sergent Angela Abbey/MARPAC Imaging Services)

Le navire de ravitaillement NCSM Protecteur était en route vers son port d’attache à Esquimalt (Colombie-Britannique) quand un feu s’est déclaré dans la salle des machines.

Le commodore Bob Auchterlonie , commandant de la flotte Pacifique de la marine, a qualifié l’incident «d’événement grave», mais a assuré que l’équipage est formé pour faire face à ces situations d’urgence.

Le NCSM Protecteur revenait d’opérations dans le milieu du Pacifique avec à son bord 279 membres d’équipage, 17 membres des familles et deux entrepreneurs civils qui se sont joints au navire pour le voyage de retour.

Jeudi 27 février, à 22h20, heure normale du Pacifique, le NCSM Protecteur a communiqué avec le Centre régional des opérations interarmées situé au quartier général des Forces maritimes du Pacifique à la BFC Esquimalt, pour signaler un incendie à bord du navire qui s’est déclaré dans la salle des machines.

Combattant du feu à bord du NCSM Ville de Québec (Photo: Amandine Gelly/45eNord)
Combattant du feu. (Archives/Amandine Gelly/45eNord.ca)

Les marins à bord ont rapidement éteint le feu. Une vingtaine de membres de l’équipage ont subi des blessures mineures, mais tous sont sains et saufs et sont soignés à bord.

Le commandant du NCSM Protecteur, le capitaine de frégate Jules Elbourne, est en communication avec le Centre régional des opérations interarmées situé au quartier général des Forces maritimes du Pacifique à la BFC Esquimalt.

La US Navy a envoyé son destroyer USS Michael Murphy pour prêter main-forte au Protecteur.

Le Protecteur se trouve présentement à environ 340 milles marins (630 km) au nord-est de Pearl Harbour. Il possède une capacité de propulsion réduite et sera remorqué pour se rendre à Pearl Harbour, ce qui devrait lui prendre au moins deux jours.

Une évaluation complète a été entreprise afin de déterminer l’étendue des dégâts et l’incidence de l’incendie sur la propulsion.

Fin août 2013, le Protecteur était rentré en collision avec le NCSM Algonquin, alors que les deux navires effectuaient des manœuvres de remorquage. L’Algonquin ne devrait d’ailleurs pas être en mesure de participer à l’exercice bisannuel RIMPAC, tant que les travaux de réparations ne seront pas complétés.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». En Afghanistan, en Haïti, en Europe de l'est, dans l'Arctique, aux États-Unis, ou un peu partout au Canada, il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action.

DiscussionUn commentaire

Répondre