Les femmes «gardiens de la paix» de l’ONU sont devenues indispensables!

Des femmes Casques bleus de la MONUSCO, la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Archives/MONUSCO)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Des femmes Casques bleus de la MONUSCO, la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Archives/MONUSCO)
Des femmes Casques bleus de la MONUSCO, la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Archives/MONUSCO)

Alors que les activités de maintien de la paix de l’ONU inclus maintenant une approche humanitaire plus large, les femmes sont devenues de plus en plus présentes dans la «famille du maintien de la paix», soulignait le Département des opérations de maintien de la paix de l’ONU (DOMP) à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 mars.

Des femmes sont déployées dans tous les secteurs – police, militaire et civil – et ont un impact positif sur l’environnement dans lequel opère les missions de paix, à la fois en appuyant le rôle des femmes dans la consolidation de la paix et en protégeant les droits des femmes, observe l’ONU.

Les femmes dans les missions de maintien de la paix de l’ONU (Source: Service de maintien de la paix/ONU))

En 1993, les femmes représentaient 1 % des effectifs en uniforme déployés. En 2012, sur près de 125 000 Casques bleus dans les missions de maintien de la paix, les femmes constituent 3 % des forces militaires et 10 % des membres de la police.

Bien sûr, même si l’ONU encourage le déploiement de femmes en uniforme, la responsabilité de leur déploiement dans les forces de police et dans l’armée incombe aux États Membres. Mais la Division de la police des Nations Unies a appelé à un « effort mondial » pour recruter plus de femmes policiers dans les services de police nationale et dans les effectifs de police de l’ONU à travers le monde.

L’objectif est maintenant d’avoir 20% de femmes officiers de police en 2014.

Dans tous les domaines du maintien de la paix, dit encore le DOMP, les femmes Casques bleus ont apporté la preuve qu’elles pouvaient jouer les mêmes rôles, remplir les mêmes normes et travailler dans des conditions aussi difficiles que leurs collègues masculins.

Le recrutement et la présence active des femmes sont aujourd’hui un impératif pour toutes les opérations de maintien de la paix.

L’importance d’affecter des femmes aux opérations de maintien de la paix

Toujours selon le Département des opérations de maintien de la paix (DOMP), le personnel féminin des missions de paix joue un rôle de modèle dans l’environnement local et encourage les femmes et les jeunes filles – dans des sociétés fréquemment dominées par les hommes – à faire valoir leurs droits et à participer aux processus de paix.

 

De l’avis du DOMP, l’implication d’un plus grand nombre de femmes est cruciale pour de multiples raisons, notamment pour aider les forces de maintien de la paix à être plus proches des femmes dans la communauté, interviewer les femmes ayant subi des violences sexistes, ou soutenir les femmes dans les sociétés où il est interdit de parler aux hommes.

En outre, la présence de personnels féminins peut également apaiser les situations conflictuelles, sécuriser les femmes et les enfants au niveau local et contribuer à créer un environnement plus sûr dans lequel les femmes ont moins de raisons d’avoir peur.

En définitive, la présence des femmes au sein des missions de l’ONU, comme l’affirme le Département des opérations de maintien de la paix, permet d’élargir les compétences et l’action d’une mission de maintien de la paix sur le terrain.

Et on ne se cachera pas que la présence de femmes au sein des opérations de maintien de la paix est aussi un puissant symbole dans des pays où l’égalité des sexes ne va pas de soi.

Good job girls!


Les femmes «gardiens de la paix», une force montante (ONU)