Le Royal 22e Régiment perd de nouveau l’un des siens

Le caporal Alain Lacasse lors de son déploiement en Afghanistan, en 2007.
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Le caporal Alain Lacasse lors de son déploiement en Afghanistan, en 2007.
Le caporal Alain Lacasse lors de son déploiement en Afghanistan, en 2007.

Alors que la mission militaire canadienne vient officiellement de prendre fin et que les derniers soldats rentrent au pays ce mardi matin, le Royal 22e Régiment est endeuillé par la perte de l’un des siens… une nouvelle fois.

Originaire de Sorel-Tracy, le caporal Alain Lacasse, 44 ans, du 3e Bataillon du Royal 22e Régiment a été retrouvé sans vie chez lui ce lundi après-midi à sa résidence de Ste-Catherine-de-la-Jacques Cartier, dans la région de Québec.

Après les décès du caporal-chef Sylvain Lelièvre début décembre (présumé suicide) et du capitaine Philippe Boudreau (mort naturelle), aumônier attaché au Groupe de soutien de la 2e Division, en janvier, c’est donc cette semaine la troisième fois que le Royal 22e Régiment perd l’un des siens.

Enrôlé en 1996, Alain Lacasse a été déployé six fois au cours de sa carrière dans les Forces armées canadiennes: à Chypre, en Allemagne, en Israël, en Bosnie (deux fois) et en Afghanistan entre juillet 2007 et février 2008.

Pour son dernier déploiement, le caporal était au camp Nathan-Smith près de Kandahar, en Afghanistan, pour participer notamment à des patrouilles.

Son déploiement en Afghanistan n’a pas été de tout repos. Pour preuve, quelques jours avant la fin de sa mission un homme s’est lancé devant le véhicule dans lequel il se trouvait, portant sur lui des bidons d’essence et des bombes. Le véhicule, a explosé, mais n’a miraculeusement fait aucun blessé.

Également quelques semaines avant son retour au pays, le 6 janvier 2008, le caporal Lacasse perdait deux de ses amis, l’adjudant Hani Massouh et le caporal Éric Labbé, morts dans la chute de leur VBL (véhicule blindé léger) dans un ravin.

Le caporal Lacasse avait prévu de faire des balades en Harley cet été avec Dominic… ces balades n’auront pas lieu.

Le caporal Lacasse était également impliqué dans les commémorations du 100e anniversaire du Royal 22e Régiment et le major-général (ret.) Alain Forand, colonel honoraire du Royal 22e Régiment, écrivait récemment «Si Lacasse n’existait pas, il faudrait l’inventer! Un vrai de vrai […]».

Un de ses camarades avec qui il a été déployé en Bosnie et en Afghanistan, Martin Forgues, dont nous racontions ce midi même le déploiement en Afghanistan, a confié à 45eNord.ca qu’Alain Laccase était un vrai «boute-en-train», que c’est quelqu’un qui n’était «jamais découragé» et était le «clown de la compagnie avec ses nombreuses farces». «Quand j’ai vu ça, ça ma secoué, ça n’a vraiment pas de sens…».

Un autre frère d’armes avec qui il a servi dans le 22, Olivier Tremblay, nous a écrit ceci: «Je suis sous le choc! Quand j’ai entendu ton nom à la radio ce matin, je me suis dit que je te connaissais, et je suis aller vérifier et j’ai confirmé que c’était bien toi. Après toutes ces années, tous les souvenirs du temps passé avec toi dans le champ me sont revenus. Je suis triste pour toi, pour ceux qui restent dans la douleur, l’incompréhension, la culpabilité et dans le sentiment d’impuissance… Ton départ est tragique et il y a ceux qui restent et eux, vont avoir besoin d’aide, d’écoute, de support, d’amour… Bon voyage Alain!»

Plusieurs élèves-officiers ont également été affectés par la nouvelle de la disparition du caporal. Si certains qui ont appris la nouvelle dans les médias ne le connaissaient pas, pour d’autres il a été un instructeur lors de cours aux recrues.

Premier contact avec cette triste réalité, voici ce que plusieurs d’entre eux nous ont confié: «La mission en Afghanistan est terminée. On ne sait pas quelle sera ‘notre guerre’», nous confie un élève-officier, tandis qu’un autre ajoute: «Quand mon coloc est revenu [d’Afghanistan], il était désœuvré, totalement désorienté… peut-être que les gens voient difficilement un avenir après l’Afghanistan, je ne sais pas». Évoquant des règlements de plus en plus stricts, des coupures budgétaires, le traitement réservé aux soldats blessés, une autre «élof» indique que la perception de «l’institution» est négative… Pas encore dans le système et déjà désabusé. Cela promet!

Alors qu’ils étaient en Norvège pour l’Exercice COLD RESPONSE, les membres du 3e Bataillon ont tenu une minute de silence en mémoire de leur frère d’armes.

Je me souviens

Fier 22!

Alors que le Royal 22e Régiment perdait l’un des siens, à Petawawa, Tyson Washburn, un cuisinier militaire originaire du Nouveau Brunswick était aussi retrouvé sans vie le 15 mars

La mort du caporal-chef Tyson Washburn, est actuellement sous enquête de la Police provinciale de l’Ontario, tout comme celle d’Alain Lacasse est sous enquête de la SQ.

Tyson Washburn servait au sein du 1er Bataillon, The Royal Canadian Regiment comme cuisinier à Petawawa. Enrôlé en 2006. Il avait fait un déploiement en Afghanistan entre juillet et octobre 2010.