Les pirates attaquent un pétrolier dans le détroit d’Ormuz

Un drapeau pirate (Archives/WikiCommons)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un drapeau pirate (Archives/WikiCommons)
Un drapeau pirate (Archives/WikiCommons)

Des hommes armés à bord d’une vedette ont ouvert le feu contre un pétrolier dans le détroit d’Ormuz, à la sortie du Golfe, près d’Oman, rapporte l’International Maritime Bureau (IMB) sans faire état de victime ou dégâts.

L’IMB est une division de l’ICC Commercial Crime Services (CCS) est le bras «anti-crime» de la Chambre de commerce internationale, basée au Royaume-Uni et chargée de la lutte contre toutes les formes de criminalité commerciale

Live Piracy & Armed Robbery Report 2014
IMB Live Piracy Map 2012
Attack Number:
045–14
Date:Sun Mar 30 2014
Type of Vessel :Crude Tanker

Location detail:Around 8nm ENE of Musandam Island
Type of Attack :Fired Upon

L’IMB se consacre se consacre, lui, à la répression de la piraterie et les vols à main armée contre les navires.

Le «IMB Piracy reporting center» rapporte l’attaque qui a eu lieu dimanche lorsque six personnes à bord d’un skiff et armées de mitrailleuses se sont approchées d’un pétrolier et ont tiré à deux reprises en direction du pont et des quartiers d’habitation du bâtiment.

Le capitaine du pétrolier a aussitôt donné l’alerte et rassemblé les membres d’équipage avant d’activer l’alarme et de changer de cap, dit le rapport de l’IMB et les assaillants se sont alors éloignés et leur tentative d’attaque a été mise en échec, ajoute l’IMB.

Les attaques de navires par des pirates sont rares dans le détroit d’Ormuz par où transite le tiers du trafic pétrolier mondial, et que des responsables iraniens avaient menacé un moment de fermer.

Ces menaces avaient été formulées lors du bras de fer entre l’Iran avec l’Occident en pleine controverse sur son programme nucléaire, aujourd’hui apaisée par l’amorce fin 2013 d’un dialogue avec les États-Unis et de réelles possibilités d’accord.

Les attaques de piraterie, qui se concentraient au large de la Somalie, ont fortement diminué ces dernières années, grâce aux flottes internationales qui patrouillent dans le Golfe d’Aden et l’océan Indien, et aux gardes armés désormais embarqués à bord de nombreux bateaux.