Les travaux de nettoyage du Réseau d’alerte avancé sont achevés

0
146
Vue aérienne de la station radar américaine du réseau DEW à Point Lay en Alaska. (Photo: Sergent Donald L. Wetterman, US Air Force)
Vue aérienne de la station radar américaine du réseau DEW à Point Lay en Alaska. (Photo: Sergent Donald L. Wetterman, US Air Force)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Vue aérienne de la station radar américaine du réseau DEW à Point Lay en Alaska. (Photo: Sergent Donald L. Wetterman, US Air Force)
Vue aérienne de la station radar américaine du réseau DEW à Point Lay en Alaska. (Archives/Sergent Donald L. Wetterman, US Air Force)

Le président du Conseil du Trésor, Tony Clément, a annoncé vendredi que les travaux de nettoyage des 21 sites du Réseau d’alerte avancé (DEW) qui relèvent du ministère de la Défense nationale sont désormais achevés.

Le projet, que le ministère de la Défense nationale estime à un coût final de 575 millions $ inclue l’achèvement des deux étapes des travaux d’assainissement (l’étape de la construction et les cinq premières années de surveillance). Il s’agit du plus important projet d’assainissement de l’environnement – à la fois au chapitre de la portée et de l’investissement – jamais entrepris par le gouvernement du Canada. Un programme de surveillance des sites de 25 ans est également en cours.

Le nettoyage de débris et la remédiation des sols contaminés ont été complétés dans les 21 anciens sites du réseau d’alerte avancé (DEW). Certains travaux restent à compléter à quatre des 21 sites, y compris le retrait d’infrastructure temporaire, comme des tentes, qui ont été utilisées durant le projet d’assainissement.

«Le projet d’assainissement du Réseau DEW a été réalisé grâce à une coopération sans précédent entre le gouvernement, les Inuits, les Inuvialuits et l’industrie. Ce projet démontre bien les actions du ministère de la Défense nationale à titre de fier gestionnaire de l’environnement et notre engagement continu envers la santé et l’avenir du Nord du Canada», a déclaré le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson.

Un nettoyage en profondeur pour des reliques de la Guerre froide

En plein cœur de la Guerre froide, le Canada et les États-Unis se sont associés pour la protection de leur territoire à travers la création du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord, plus connu sous le nom de NORAD.

Trois séries de stations radars ont alors été construites, dont la «ligne DEW» le long du 69e parallèle. Ces stations radar isolées ont été construites au Canada, en Alaska et au Groenland afin de repérer les avions ennemis et de guider les avions de chasse qui iraient les intercepter.

Le système a cependant été remplacé, en 1993, par le Système d’alerte du Nord et dès 1989, le ministère de la Défense nationale avait commencé à élaborer un plan de nettoyage de ses 21 sites du Réseau d’alerte avancé. Après avoir réussi à arracher un accord avec les Américains sur la responsabilité des stations – et un chèque de 100 millions $ – le ministère de la Défense nationale entama le nettoyage de deux sites en 1996.