Ukraine: espoir de sortie de crise, rencontre Kerry-Lavrov à Paris

Ce samedi 29 mars le Secrétaire d'État John Kerry quitte Ryad où il accompagnait le Président Obama en visite en Arabie saoudite. Censé retourner à Washington via une escale technique en Irlande, le Secrétaire américain adécidé à mi-vol de se diriger vers la France pour des entretiens avec son homologue russe (Department of State)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Ce samedi 29 mars le Secrétaire d'État John Kerry quitte Ryad  où il accompagnait le Président Obama en visite en Arabie saoudite. Censé retourner à Washington via une escale technique en Irlande, le Secrétaire américain adécidé à mi-vol de se diriger vers la France pour des entretiens avec son homologue russe (Department of State)
Ce samedi 29 mars le Secrétaire d’État John Kerry quitte Ryad où il accompagnait le Président Obama en visite en Arabie saoudite. Censé retourner à Washington via une escale technique en Irlande, le Secrétaire américain a décidé à mi-vol de se diriger vers la France pour des entretiens avec son homologue russe (Department of State)

Le secrétaire d’État américain John Kerry, dans un changement de programme de dernière minute, était en route pour Paris samedi en prévision d’un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov sur la crise ukrainienne, a annoncé sa porte-parole.

Lors d’un entretien téléphonique ce matin entre Barack Obana et Vladimir Poutine, ce dernier a laissé entrevoir la possibilité d’une sortie de crise négociée avec les Occidentaux en Ukraine, passant par une fédéralisation de l’ex-république soviétique, et a exclu toute nouvelle intervention après la prise de la Crimée.

Les deux dirigeants se sont alors mis d’accord sur le principe d’une rencontre rapide entre les chefs de leur diplomatie, John Kerry et Sergueï Lavrov pour évoquer les «paramètres concrets d’un travail commun».

Le Secrétaire d’État américain a donc quitté dans la matinée l’Arabie Saoudite où il accompagnait le président Obama pour se diriger vers la France.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a estimé samedi que les points de vue de la Russie et des Occidentaux sur la crise ukrainienne se rapprochaient, ouvrant la voie à une possible «initiative commune».

Le président Obama a souligné au président Poutine que les États- Unis continuent à soutenir une approche diplomatique et a précisé «que cela reste possible que si la Russie retire ses troupes et ne prend pas de mesures pour violer davantage l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Ukraine», dit la Maison-Blanche.

Poutine a pour sa part attiré l’attention de Barack Obama sur «la poursuite de la violence des extrémistes qui commettent des actes d’intimidation envers les résidents pacifiques, les autorités gouvernementales et les organismes d’application de la loi dans les différentes régions et à Kiev en toute impunité», rapporte de son côté le service de presse du Kremlin.

Le Kremlin souhaite aussi le règlement de la question de la Transnistrie qui est actuellement l’objet d’un blocus, ce qui «complique considérablement les conditions de vie pour les résidents de la région, ce qui entrave leur mouvement et les activités économiques et commerciales normales».

Les chefs de la diplomatie américaine et russe vont donc examiner ensemble ces questions lors d’une rencontre dont «La date et le lieu [très probablement dimanche, NDLR] sont convenus», a déclaré de son côté le ministre russe des Affaires étrangères.

John Kerry doit aussi assister à la réunion de l’Otan sur la crise en Ukraine prévue mardi à Bruxelles et il doit ensuite se rendre en Algérie et au Maroc pour sa première visite officielle dans ces deux pays.